^ arrow_upward
16 July 2015

Hellfest

Les pouvoirs du Cult

Vous pensez que le concept de fan club est mort à l’entrée du 21ème siècle ? Alors vous ne connaissez pas encore le Hellfest Cult, initié par le festival clissonnais qu’on ne présente plus. Rassemblant les plus grands fans de l’événement, il fédère aujourd’hui une communauté de 1450 membres où la solidarité, le respect et l’amour du métal priment. Alex Rebecq, chargé de communication et de production au sein du Hellfest, raconte en détail les contours de ce projet unique au monde.

Nous avons lancé le projet du Cult en 2013, sans trop savoir ce que cela pouvait donner. Lorsque j’ai présenté le projet à Ben [ndlr : Benjamin Barbaud, fondateur et directeur du festival], il n’était pas complètement convaincu, principalement parce que le concept de fan club souffre aujourd’hui d’une image un peu has-been. Mais j’ai pris le temps de lui exposer mes arguments et il m’a laissé tenter le coup et je l’en remercie encore !

Faire partie du Cult représente plusieurs avantages. Il y a d’abord un accès à une plateforme privée en ligne où les membres sont géolocalisés et peuvent entrer en contact les uns avec les autres pour échanger sur le festival, le métal, parler d’autres choses et se rencontrer. Au lancement, nous avons organisé quelques soirées dans nos locaux à Clisson. 60 personnes environ se sont déplacées pour la première puis 150 sont venues à la seconde. Il y avait un repas, nous avons offert des cadeaux… Mais je crois que les gens étaient surtout heureux de pouvoir découvrir nos locaux parce qu’ils sont d’habitude fermés au public. Par la suite, l’intérêt pour les locaux du Hellfest Production s’est dissipé et nous avons réalisé d’autres opérations au Ferrailleur ou à la Scène Michelet à Nantes. Là, les bars ont réalisé leurs plus gros chiffres d’affaires donc maintenant, ils sont plutôt contents quand on leur propose de réaliser une soirée ! En parallèle, d’autres événements de ce type se sont développés partout en France autour du Cult, sans que nous intervenions. Par exemple, des membres du Cult en Ile-de-France ont organisé de façon autonome un warm-up du festival à Paris, en gérant les réservations de trains, d’hôtels, etc. sans notre aide. Au final, il y avait 800 personnes à ce rassemblement, dont 200 venues de toute la France, et tout s’est très bien déroulé. Les membres peuvent en plus inviter un de leur proche, qu’on appelle un « +1 », pour qu’il puisse voir comment fonctionne la communauté et éventuellement y adhérer. En 2013-2014, nous avons eu 900 inscriptions et l’année suivante, 1450. Pour la troisième saison qui s’annonce, nous allons rester à cette échelle. Si le Cult devient trop important en nombre d’adhérents, les choses peuvent devenir ingérables et comme je suis la seule personne à m’en occuper, je ne préfère pas prendre ce risque.

Au moment de l’adhésion, un produit d’appel est offert en guise de cadeau de bienvenue. Il s’agit toujours d’une boîte avec des goodies à l’intérieur. Les fans de métal en général et particulièrement ceux de notre fanbase sont très friands de merchandising aussi, nous leur proposons des produits et des services en exclusivité. Pendant le festival, les abonnés du Cult peuvent bénéficier d’un accès au Klub, qui est un espace privé différent de l’espace VIP. On y retrouve des canapés, une terrasse, une décoration spécifique…  Il faut savoir que les festivaliers n’ont pas tous 18 ans. Beaucoup d’entre eux ont entre 35 et 40 ans et ont besoin de profiter d’un espace au calme pour se reposer. Ce n’est pas en plein milieu de la Temple [ndlr : l’une des six scènes du festival] où Gorgoroth va leur arracher les oreilles qu’ils vont y parvenir !

Parmi les nouveautés de la saison dernière, nous avons monté un système de « chapitre » permettant aux membres du Cult de créer des sous-communautés à partir de hobbies communs comme la moto, les jeux de sociétés, la pratique des instruments de musiques etc. Cela fait vivre le projet et permet de me soulager un peu en termes d’investissement personnel. Cela reste parfois difficile à gérer car en face de nous, les gens sont hyper-motivés et on doit les recadrer lorsqu’un projet nous semble irréalisable. Mais globalement, le bilan est très positif. Par ce biais-là, certaines personnes se sont faites beaucoup d’amis. Il y en a même certaines qui nous disent « avant je me sentais seul et maintenant j’ai le sentiment de faire partie d’une famille. Il existe en permanence ce phénomène de soutien mutuel qui s’exerce au sein du Cult. La prochaine étape maintenant, c’est d’intégrer les corps de métiers dans les profils de la communauté, pour que les membres en viennent à s’entraider suivant leurs compétences.

Pour nous, les organisateurs, l’intérêt du Cult est double. Il y a un aspect économique qu’on ne peut pas nier, c’est sûr. Mais cela nous permet aussi d’être en contact direct avec certains fans. On peut expliquer au mieux nos décisions concernant le festival, faire comprendre le pourquoi de nos choix. Si on parvient à convaincre ces fans, en leur exposants nos arguments, ils pourront ensuite les défendre eux-mêmes dans leur entourage. Et en retour, nous sommes à l’écoute de leurs attentes et de leurs suggestions. C’est un modèle très intéressant. Après, je ne sais pas s’il serait possible de le développer dans un autre festival. Il faut à la fois avoir une image de marque très forte et une communauté qui l’est tout autant. C’est le cas du Hellfest mais pas de Rock en Seine, par exemple, où le public est moins attaché à l’événement.

 

Hellfest Productions

Annonces des adhérents

Appel à projets radios
Appel à projets radios
Saison 20-21 Jet FM
Formation radiophonique
Formation radiophonique
calendrier 2020
Podcast Metal
Podcast Metal
Metal studies Recherches d’Enfer
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing