^

Accompagnement > Action culturelle

Bibliographie

Cet espace ressource est en cours d'élaboration. Cette sélection d'ouvrages correspond au premier travail suite aux RDV du Pôle de Laval. La logique de participation est collaborative. Nous vous invitons donc fortement à compléter cette ressource. C'est le principe du partage de bonnes pratiques. Pour cela, nous avons mis plusieurs formulaires en place. Une fois, la première saisie réalisée, il vous est possible de voir les précédentes contributions.

Pour permettre votre contribution, le formulaire en ligne est ici.

Le Jazz est LA - texte introductif à la réunion du 16 janvier 2017
par Michel Hubert

Les premiers pas de la politique publique de la culture initiée par l’Etat et le ministère de la culture, consistait essentiellement à donner aux artistes les moyens de la création et de construire des lieux destinés à accueillir leurs productions. Pour ses concepteurs, cette politique de l’offre devait suffire à provoquer cette rencontre entre les œuvres, les artistes et le public.

Dans une première approche liée à une volonté de « démocratisation culturelle », l’action culturelle comme mode d’intervention, avait ainsi été définie comme un ensemble d’institutions et de pratiques chargées de diffuser le patrimoine artistique et de contribuer à la production d’une culture contemporaine.

Elle se distinguait d’abord et avant tout par un ensemble de mesures et par un contenu. Lesquels, dans le domaine du spectacle vivant, étaient le plus souvent centrés sur la diffusion.

L’émergence de pratiques nouvelles, les attentes et pressions des populations et des acteurs, mais aussi les bilans de ces politiques publiques, ont conduit l’action culturelle à s’ouvrir sur d’autres formes, afin de rendre l’art accessible à un plus grand nombre.

Le cahier des charges des institutions a évolué et de nouveaux métiers sont apparus (médiateurs, chargés d’action culturelle,…).

Malgré ces évolutions, il n’en demeure pas moins que de façon caricaturale, l’action culturelle a été pensée et s’est développée essentiellement comme une démarche d'interface descendante, faisant référence et s'adressant exclusivement au "public" (qu'il soit existant, attendu, empêché, fantasmé, ou même "non public"), avec comme objectif essentiel de lui faire découvrir et d’accéder à l'offre artistique.

L’offre artistique, dans ce modèle, restant définie principalement par l'institution.

C’est à ce titre que l’expertise, l’évaluation sont restées monopole de l’Etat, et plus spécifiquement du ministère de la culture, souvent même en opposition ou rivalité avec d’autres ministères, tels la jeunesse et l’éducation populaire, l’éducation nationale….

Les collectivités, faute d’expérience suffisante dans leur marche vers l’autonomie, ont elles-mêmes longtemps reproduit ce modèle.

Un mouvement profond, nourri de l’éducation populaire, de l’économie sociale et solidaire, des acteurs eux-mêmes, de la population, des débats internationaux (UNESCO) et européens, a grandement réformé cette approche de l’action culturelle.

De la démocratisation culturelle à la démocratie culturelle (1), puis aux droits culturels (déclaration de Fribourg), l’action culturelle se définit désormais de plus en plus comme une démarche, s'adressant à la population, à chaque citoyen, dans sa diversité, ses droits et dans le souci de son émancipation..., et aux termes desquels il doit pleinement être reconnu, impliqué, acteur,...

L'action culturelle est ainsi amenée à se penser explicitement en rapport à des enjeux de société, des préoccupations prioritaires d’inter action, dans lesquels la manière de faire et la prise en compte des contextes particuliers comptent davantage que les seules questions de contenu ou de contenant.

Ceci change profondément la démarche attendue des acteurs culturels (principes de gouvernance démocratique, comment impliquer la population au projet de chaque structure, comment tisser des liens des interactions avec des structures de nature différente, telles éducation, jeunesse, économie, action sociale,....).

Dans ce cadre, de nombreuses expériences existent, en Europe, en France,..., de centres culturels, de territoires, de collectivités..., redéfinissant leur projet artistique et culturel, ou bien le cahier des charges et les missions des structures, dans lesquels la façon de faire (faire avec,...) devient essentielle.

L'action culturelle n'est donc plus de même nature.

Au regard de ces évolutions, quelles réalités pour les projets artistiques et culturels ? Pour les politiques culturelles ?

Nouveau référentiel en débat dans le milieu professionnel et désormais inscrit dans la loi  (loi NOTRe du 7 août 2015), les droits culturels interrogent les élus sur l’orientation et les fondements des politiques culturelles ; ils interrogent aussi les programmateurs et plus largement l’ensemble des professionnels.

D’aucuns voient dans cette exigence participative une remise en cause des professionnels de la culture. Il me semble au contraire qu’elle suppose des qualifications et compétences renforcées pour accompagner le changement des pratiques et faire vivre concrètement l’idée que chacun est acteur de la diversité culturelle.

Sur quels modes les citoyens peuvent-ils être impliqués ? Professionnels/bénévoles, experts/usagers, comment redéfinir la place de chacun ?

C’est en tenant compte de ces mutations qu’il nous a semblé essentiel d’échanger entre acteurs du jazz sur l’action culturelle. Par des témoignages, des récits d’expériences.

Nous avons proposé aux témoins d’éviter le seul caractère exemplaire ou idéalisé de leur description, en précisant le contexte, la population, les objectifs, moyens, la réalisation...de leur expérience. Préciser aussi comment leur projet a permis (ou non), dans sa définition, dans sa mise en œuvre, une implication des populations concernées ? Avec qui et comment les partenariats ont-ils été réalisés ? 

Afin que nous puissions ensemble échanger, faire de ces expériences une analyse partagée, dégager ce qui a marché, ce qui n’a pas marché, ce qui peut ou non en être déduit comme principe ou règle transférable à d'autres projets, d'autres contextes.

(1)     Démocratie culturelle : participation active des populations à la culture, à travers des pratiques collectives d’expression, de recherche et de création culturelles conduites par des individus librement associés, dans une perspective d’égalité, d’émancipation et de transformation sociale et politique.

Démocratisation culturelle : élargissement et diversification des publics, le développement de l’égalité dans l’accès aux œuvres et la facilitation de cet accès.

Les droits culturels
déclaration de Fribourg

La Déclaration de Fribourg sur les droits culturels promeut la protection de la diversité et des droits culturels au sein du système des droits de l’homme. Elle est le fruit d’un travail de 20 ans d’un groupe international d’experts, connu sous le nom de « Groupe de Fribourg » coordonné par Patrice Meyer-Bisch.
Cette Déclaration rassemble et explicite les droits culturels qui sont déjà reconnus, mais de façon dispersée, dans de nombreux textes internationaux.

Télécharger la déclaration de Fribourg

Les médiations culturelles et artistiques
Frédérique Montandon et Thérèse Pérez-Roux

Ce livre s'intéresse aux questions d'intégration sociale, professionnelle, scolaire à travers des médiations artistiques et culturelles.
Cet ouvrage propose différentes pistes de réflexion et de recherche sur le rôle de la médiation, sur son impact en termes de dynamiques identitaires, ou encore sur les groupes et les communautés de pratiques engendrées par l’activité artistique ou culturelles dans différents contextes (espace scolaire, extra-scolaire, ateliers de créativité, groupes d’échange de pratiques).

Librairie Irma

Bienvenue chez vous !
Anne Gonon

Co-édité par les éditions de l’Attribut et Culture O Centre, ce livre retrace quatre ans d’une des aventures culturelles les plus singulières du moment. A travers une analyse distanciée et un récit d’expériences, Anne Gonon nous dévoile comment Culture O Centre, agence culturelle portée par le Région Centre, et son festival Excentrique symbolisent l’émergence d’un nouveau type de projets artistiques et culturels ancrés dans les territoires et fondés sur le faire-ensemble.

Librairie Irma

Stratégies pour l’action culturelle
Elisabeth Caillet, Odile Coppey

Les acteurs de l'action culturelle deviennent des professionnels. Ils doivent connaître et maîtriser les outils stratégiques. Cet ouvrage s'adresse donc prioritairement à eux; mais il s'adresse également aux décideurs, élus et personnels chargés des services techniques de collectivités territoriales qui souhaitent créer ou rénover un équipement culturel.

édition l'Harmattan

L'éducation pour tous
Fernando Alvarez Abad, Muriel Lacour

La pratique artistique collective permet d'aborder les compétences scolaires indirectement, en accordant au corps une place importante. Elle permet en outre de développer les compétences sociales, l'autonomie et l'initiative. Cet ouvrage a pour but de partager observations, analyses et convictions des auteurs : permettre au plus grand nombre d'enfants d'accéder à une pratique artistique exigeante, c'est lutter efficacement contre les inégalités.

éditions l'Harmattan

Education artistique, l'éternel retour ?
Marie Christine Boredeaux Francois Deschamps

En plein débat national sur la refondation de l’école et sur le « plan national pour l’éducation artistique et culturelle » promis par François Hollande, ce livre est d’une actualité brûlante. Il pose en effet les enjeux de ce que peut être un service public de la culture de l’éducation artistique et culturelle et ouvre des perspectives nouvelles en soulignant le rôle des territoires.

éditions l'attribut

Actions culturelles et musiques actuelles
Fedelima

Plusieurs réseaux de musiques actuelles (Fédélima, Rif, R.A.O.U.L, Fraca-Ma, Collectif RPM, Férarock) de même que la Fédération Française des MJC (FFMJC) ont ressenti le besoin de disposer d’une vue d’ensemble de ces initiatives et de les capitaliser.

L’objectif principal de cette enquête était d’identifier les projets considérés comme étant des projets « d’actions culturelles » aux yeux des structures membres des réseaux impliqués.

Revue Volume!

 

 













spectacle vivant Etudes insee Observation

Articles similaires

Les adhérents

Gérome et le Hellfest en BD

Par Guillaume carreau sur le site Tohu Bohu média

Le dessinateur Guillaume Carreau (Vide Cocagne) a réalisé en dessin une interview de notre sociologue fétiche, Gérôme Guibert, au sujet du festival Hellfest. La page est en ligne sur le site Tohu Bohu média géré par Trempolino. Vous y trouverez également une playlist sélectionné avec soin par Gérôme Guibert. Bonne lecture !
Veille documentaire

Enjeux et clés d’analyse des structures…

Pour appréhender la diversité et les enjeux des structures culturelles

Opale sort un guide intitulé " Enjeux et clés d’analyse des structures culturelles" réalisé en partenariat avec France Active (CRDLA Financement. Il présente en détail les principales caractéristiques économiques et financières des associations culturelles, et s'appuie es études, enquêtes et analyses rassemblées par l’association Opale au fil des …
La filière musicale

Les 21 radios de la FRAP présentes leur…

Un état des lieux des radios associatives en Pays de la Loire

Chaque année, la FRAP publie un état des lieux des radios associatives en Pays de la Loire. Cet observatoire donne a voir le profil type des radios de la FRAP et l'évolution de ces valeurs à savoir : les ressources humaines (bénévoles, salariés et volontaire en service civique), les activités (antenne, programmation, activités Annexes...), les fin…

Annonces des adhérents

The Musical Train en vinyle !
The Musical Train en vinyle !
Attention, édition limitée / sortie le 10-03 !
Stage de Funk à Nantes
Stage de Funk à Nantes
Jouez et chantez avec FRED WESLEY et MARTHA HIGH
Retour vidéo - Stage à Korhogo
Retour vidéo - Stage à Korhogo
Vidéo du dernier stage coordonné par Patricia Guyon et Vincent Livenais

Le Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional.
Co-missionné par l’Etat et la Région des Pays de la Loire, il œuvre à la structuration et au développement de la filière Musiques Actuelles.

L'action du Pôle se traduit par 5 missions principales. Un réseau de structures adhérentes permet aux acteurs ligériens d'échanger leurs compétences et expériences. Au travers son implication dans des espaces institutionnels, économiques et universitaires, le Pôle valorise la filière. L'animation de concertations territoriales et/ou thématiques, la veille informationnelle, les conseils spécifiques aux acteurs sont les outils de l'accompagnement. Laboratoire de solutions collectives, le Pôle expérimente des dispositifs innovants. Enfin, axe stratégique, l'observation permet de produire les données indispensables à la prise en compte des réalités et à une meilleure analyse des situations.

le Pole / 6 rue Saint-Domingue - 44200 Nantes

  • Authentification