^ arrow_upward
19 May 2017

Grabuge & le Ferrailleur

Portraits croisés

En ce mois de mai 2017, le média ligérien, Grabuge, fête ses un an. Et pour ce numéro anniversaire, la première de couverture est dédiée à un autre anniversaire : les 10 ans du café-concerts le Ferrailleur. L’occasion était donc trop belle, immanquable. Les 2 entrepreneurs culturels, Thomas Nedelec (gérant du Ferrailleur) et Pierre François Caillaud (co-fondateur de Grabuge), ont pris le temps de nous retracer leurs aventures respectives.

Son grand-père a mis au monde le responsable de la salle de Musiques Actuelles nazairienne. Ce doit donc être héréditaire ce besoin de mettre au monde un bébé musiques actuelles. « Avoir son bébé et porter un truc plus gros que toi ! » c’est la fierté de Pierre François. En février 2016, après le dépôt de bilan du Pulsomatic, deux salariés, Pierre François et Julien ont repris le flambeau avec une nouvelle identité : Grabuge. « Reprendre un truc qui a fait faillite, ça peut paraître fou. Mais on a la volonté de prouver la pertinence de notre média. Puis avec l’expérience de l’échec, on a appris beaucoup. Aujourd’hui, on veut être maîtres de notre projet ! ». Reprendre une dynamique était également l’objectif de Thomas Nedelec et de ses associés. En 2006, à l’époque, les lieux de concerts de proximité connaissaient déjà une véritable crise. « L’économie, les nuisances sonores, le prix de l’immobilier… les problèmes étaient nombreux. Ils persistent souvent. Mais à l’époque, il n’y avait plus cette forme de club-concerts à Nantes. Un lieu où après un concert, il est possible de rester plusieurs heures pour partager un verre avec des inconnus. Pour tout simplement continuer à vivre le concert en faisant du lien social. »

Face aux engagements et aux responsabilités, la solitude paraît impossible. Les 2 entrepreneurs se sont lancés dans l’aventure avec des associés. « Se lancer à plusieurs a été super important pour se booster, se rassurer et se soutenir. » Grabuge est l’initiative de Julien Daden et Pierre François Caillaud. « Grabuge est une association inscrite à la Chambre de commerce. On est assujetti à TVA !. Toutefois, cette forme juridique implique un bureau bénévole et c'est un réel soutien pour les démarches administratives. »

L’histoire du Ferrailleur a débuté avec 3 associés. Aujourd’hui, Thomas ne s’imagine pas sans son acolyte chargé de production, Maxime Pasquer. « Monter une boîte, ce n’est pas de devenir riche. L’enjeu, c’est de fédérer, créer une économie saine pour partager ses passions, découvrir des gens et vivre une aventure collective. Seul, on ne peut rien faire. Aujourd’hui, je me questionne sur une juste répartition des parts économiques pour porter le projet avec toute l’équipe. L’exemple de l’Igloo, à Angers, est assez intéressant sur cet équilibre. »

Aujourd’hui, ces 2 projets s’ancrent dans le faire ensemble et dans les publics qu’ils croisent. L’âme des projets existent au travers des liens qu’ils créent, de leur capacité à aller vers les autres. « Grabuge est un magazine culturel ouvert sur toutes les esthétiques. Le public n’est pas cloisonné à un style. Un rockeur, un hip hopeur peuvent à la fois être sensible à une exposition d’art contemporain ou du théâtre… » « Le Ferrailleur est au cœur d’un lieu de circulation grâce à la diversité des bars environnants et la situation touristique. Avec les concerts sauvages devant le bar, on touche de nouveaux publics. Les passants, des gamins écoutent des styles qu’ils n’auraient jamais écoutés. C’est vraiment de la pédagogie ! »

Grabuge Le Ferrailleur

Annonces des adhérents

Formation radiophonique
Formation radiophonique
calendrier 2020
Ici c'est cool
Ici c'est cool
Ne laissons pas la violence pourrir l'ambiance
Formation Monter en chapiteau
Formation Monter en chapiteau
du 14 au 18 septembre
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing