^

La filière musicale > Actualité

20 juin 2017

Aide pour la transition numérique

Prochaine commission en octobre 2017

Depuis 2 ans, afin de favoriser la mutation numérique des structures de production phonographique indépendante et de soutenir les acteurs innovants de la distribution numérique, un dispositif d'aide est doté pour l'année 2017 d'une enveloppe de 2 millions d'euros. En 2016, 52 demandes ont été transmises. 44 projets ont reçu une réponse positive. La prochaine commission aura lieu le 16 octobre 2017. Les dossiers sont à déposer avant le 15 septembre 2017.

Le ministère de la culture institue une aide à l’innovation et à la transition numérique pour le secteur de la musique enregistrée.

Cette aide permettra de favoriser la mutation numérique des entreprises du secteur, aussi bien des structures de production phonographique indépendante, des distributeurs, des éditeurs de service de musique en ligne que des intermédiaires techniques. Ce dispositif, destiné à accompagner les TPE dans leurs investissements générateurs de compétitivité, a précisément pour objectif :

  • d’accompagner la production phonographique indépendante dans l’adaptation de son outil productif aux nouveaux usages numériques et aux nouvelles conditions de marché ;
  • de contribuer à l’amélioration de la diffusion de la production indépendante et de soutenir toute contribution au développement, à l’enrichissement et à la promotion de l’offre légale de musique en ligne.

Dotée d’une enveloppe annuelle globale de 2 millions d’euros, cette aide sera plafonnée à 50 000 euros par demandeur et par an, avec une dérogation jusqu’à 100 000 euros par an pour les projets présentés en commun par plusieurs structures. Ce dispositif, lancé à l’automne 2016, a vocation à se pérenniser avec en année pleine l’organisation de deux commissions d’attribution.

Elle permettra ainsi de favoriser la mutation numérique des structures de production phonographique indépendante mais également de soutenir les acteurs innovants de la distribution numérique, ainsi que, plus généralement, les projets innovants permettant d’assurer la diffusion la plus large possible de cette production indépendante.

En 2016

52 demandes ont été reçues par le bureau du financement des industries culturelles (BFIC), en charge du secrétariat du dispositif. Aucune ne provient des Pays de la Loire.
Globalement, les projets présentés par les producteurs se concentrent sur les objectifs suivants :

  • création, refonte ou ajout de nouvelles fonctionnalités (e-commerce) de sites internet ;
  • développement de la politique de promotion et de communication autour des réseaux sociaux ;
  • numérisation du fonds de catalogue ;
  • prospection sur les marchés internationaux (notamment Canada, Angleterre, Afrique de l’Ouest) ;
  • débouchés sur le marché de la synchronisation et de la musique à l’image.

Sur l’ensemble des 52 projets présentés, on dénombre à l’issue des débats 44 projets avec avis favorable, pour un montant total de 1 337 100 € attribués, 6 refus et 2 reports.

Critères d’éligibilité

Le demandeur doit être une personne morale répondant aux conditions cumulatives suivantes :

  • être établie en France ou dans l’un des États membres de l’Union européenne ou parties à l’accord sur l’Espace économique européen ;
  • être constituée depuis au moins une année lors du dépôt de la demande d’attribution de l’aide ;
  • le chiffre d’affaires annuel hors taxe de son dernier exercice clos, cumulé avec ceux des sociétés qu’elle contrôle, de la société la contrôlant et des sociétés placées sous le contrôle de cette dernière est inférieur à dix millions d’euros ; pour les demandeurs autres que les entreprises, ce plafond s’apprécie au regard du montant hors taxe des ventes de produits et services liées à l’activité courante et du montant hors taxe des cotisations, subventions et produits de toute nature liés à l’activité courante, sur le dernier exercice clos ;
  • justifier de la régularité de sa situation à l’égard des administrations fiscales et des organisations de sécurité sociale ainsi que des autres organismes sociaux dont relèvent les personnels employés ;
  • respecter les dispositions relatives à la protection de la propriété littéraire et artistique et les accords collectifs de travail applicables ;
  • être assujettie à l’impôt sur les sociétés.

Par ailleurs, outre les critères ci-dessus,

> Le producteur phonographique doit répondre aux deux conditions suivantes :

  • disposer d’une capacité de distribution interne ou d’un contrat de distribution physique ou numérique en cours d’exécution au jour de la demande d’attribution de l’aide, avec une entreprise dont l’activité principale est la distribution phonographique ;
  • avoir produit, dans le cadre d’un contrat d’enregistrement ou d’un contrat de licence, trois phonogrammes en moyenne par an au cours des trois dernières années. Lorsque le producteur phonographique a moins de trois années d’existence au jour du dépôt de la demande d’attribution de l’aide, il doit avoir produit au moins trois phonogrammes au cours de la dernière année.

> Le distributeur doit répondre aux deux conditions suivantes :

  • justifier de la signature d’un ou plusieurs contrats de distribution, en cours d’exécution au jour du dépôt de la demande d’attribution de l’aide, le liant à des producteurs phonographiques ;
  • réaliser plus de la moitié de son chiffre d’affaires dans le secteur de la musique enregistrée.

> La plateforme de musique en ligne doit répondre aux quatre conditions suivantes :

  • assurer dans son offre une exposition significative des œuvres d’expression originale française ;
  • contribuer à la promotion et à la mise en valeur de la diversité des catalogues musicaux ainsi qu’au renouvellement des talents ;
  • disposer, au jour du dépôt de la demande d’attribution de l’aide, d’une autorisation de mettre à la disposition du public les phonogrammes d’au moins trois producteurs phonographiques ;
  • réaliser plus de la moitié de son chiffre d’affaires dans le secteur de la musique enregistrée.

> L’intermédiaire technique doit réaliser plus de la moitié de son chiffre d’affaires dans le secteur de la musique enregistrée.

Les porteurs de projet sont invités à consulter le décret, établissant en détail les conditions d’éligibilité, les règles d’attribution des aides et les éléments à réunir pour constituer le dossier de demande.

Numérique

Articles similaires

Appui aux acteurs

Wah ! Du mentorat entre femmes de la mu…

12 binômes féminins vont se constituer

Les musiques actuelles innovent pour "valoriser les modèles féminins de réussite". « Wah ! – mentorat » est une expérimentation initiée par la Fédélima, en coopération avec des réseaux régionaux d’acteurs des musiques actuelles, le RIF et la FracaMA, ainsi que le SMA (Syndicat des Musiques Actuelles). L'idée est de constituer 12 binômes féminins p…
Appui aux acteurs

A Nantes, la Créative Factory accèlère.…

Un programme pour structurer des projets ICC à fort potentiel

L'accélérateur nantais Creative Factory Selection recherche sa nouvelle promotion. C'est un programme d’accompagnement destiné à structurer des entreprises ou projets à fort potentiel économique, d’innovation d’usages ou technologiques, évoluant dans le domaine des industries culturelles et créatives (ICC) : architecture, design, arts visuels, mod…
Actualité

La Directive Copyright adoptée par l'Eu…

Les réactions en vidéos !

Le Parlement européen a approuvé ce 26 mars la directive Copyright sur le droit d’auteur. Le processus autour du texte européen est quasi achevé. Il sera soumis à l’approbation du Conseil de l'UE le 15 avril, avant sa transposition dans les droits nationaux, sachant que parmi les députés européens, les français ont été les plus francs défenseurs d…

Annonces des adhérents

Note qualité 18/20 de AFDAS
Note qualité 18/20 de AFDAS
L'AFDAS décerne une note qualité de 18/20 au CFPM (décret qualité DATA-DOCK)
JPO Formation MIMA RNCP Niv IV
JPO Formation MIMA RNCP Niv IV
Le 6/05/2019, assistez gratuitement en qualité d'auditeurs libres aux cours MIMA
Yoann Launay en vidéo
Yoann Launay en vidéo
Voir le clip "les amis"

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification