^

La filière musicale > Actualité

Niveaux sonores abaissés

Parution du décret du 7 août 2017 au JO

Suite à la parution du décret du 7 août 2017 au JO, le niveau sonore maximum autorisé diminuera de 3 décibels. Le décret s'applique à tous les lieux diffusant des « bruits » ou sons amplifiés qu’ils soient clos ou ouverts (salles de concert, festivals, cinéma, discothèque, bar, restaurant…). Voici les principaux points qui impacteront le secteur du spectacle vivant.

La prévention des risques liés aux bruits et aux sons amplifiés va être renforcée dans les établissements diffusant de la musique (discothèques, salles de concert...) et les festivals ou autres manifestations musicales en plein air. Tel est l'objet d'un décret publié au Journal officiel du 9 août 2017. La date d'application du décret est au plus tard le 1er octobre 2018.

Afin préparer la mise en application de ce texte et à l'image des groupes de travail mis en place au niveau national, le Pole, en partenariat avec Agi-son, organisera des temps pour la filière musicale en région Pays de la Loire.

Retrouvez ci dessous la Synthèse réalisée par Agi Son.

VOLET Santé

- Abaissement des niveaux sonores :

La limitation passe de 105 dB(A) à 102dB(A) sur 15mn
Le niveau des basses fréquences est désormais limité : 118 dB(C) sur 15 mn
La limitation des niveaux sonores s'étend aux concerts en plein air
Une limitation spécifique est fixée pour les spectacles jeune public (jusqu’à 6 ans révolu) : 94 dB(A) et 104 dB(C).
L'ensemble de ces niveaux sonores sont à respecter en tout endroit accessible au public. 

>>> Quel impact pour les petits lieux de diffusion dont le son de scène « déborde » sur les premiers rangs ?
La limite à 118 dB(C) ne risque t-elle pas de freiner les programmations de certaines esthétiques (Dub, reggae, musiques électroniques, etc...) 

 

- Enregistrement en continu des niveaux en dB(A) et en dB(C) avec conservation de ces enregistrements pendant 6 mois et affichage des niveaux en continu, à la console.
 

>>> Comme l'avait préconisé AGI-SON, les lieux de -300 places (à l’exception des discothèques) sont exclus de cette obligation. Cependant, AGI-SON n'a pas obtenu la tolérance de + 3dB qui avait été demandée pour ces petits lieux. Étant dans l'obligation de respecter ces mesures, ces lieux ne devront-ils pas finalement s'équiper ?

 
- Informer les publics sur les risques auditifs


>>> Le travail de sensibilisation mené depuis 2000 par AGI-SON, ses relais et l'ensemble du secteur des musiques amplifiées est à présent obligatoire. 
 

- Mise à disposition gratuite des protections auditives au public


>>> Nous demanderons un point d'éclairage : Est-ce que cela signifie que tout enfant présent dans évènement musical devra être équipé gratuitement d'un casque ?


 
- Créer des zones de repos auditifs ou, ménager des périodes de repos (temps de pauses) au cours desquelles le niveau ne dépasse pas la règle d’égale énergie fondée sur la valeur de 80 dB(A)  équivalents sur 8h. 


>>> Reste à déterminer comment chacun sera en mesure de s'organiser...

 

volet environnement

- Étude d’impact des nuisances sonores (EINS) obligatoire et mise à jour en cas de modification des aménagements des locaux, de modifications des activités, ou du système de sonorisation.


Les contenus précis de l’EINS seront communiqués dans l'Arrêté et, notamment, les différences de traitements espérés entre lieux clos et plein air. Nous vous tiendrons informés.

- Les lieux clos, ne doivent pas dépasser les valeurs limites de l’émergence spectrale de 3 décibels (125 à 4000 hertz), ni même un dépassement de l’émergence  globale de 3 dB(A)

Limitation qui ne concerne pas le plein air.

co-responsabilité

Pour l’ensemble de ces points, l’exploitant du lieu, le producteur et le diffuseur sont co responsables; il s’agira donc de définir correctement les responsabilités de chacun dans la  gestion sonore et, donc, la protection de la santé des publics et des riverains. La contractualisation sur ces aspects devient incontournable et sera un sujet d'atelier au sein d'AGI-SON.

 

Suite à ce décret, France Info TV est allé à la rencontre d'Angélique Duchemin (Agi-Son), Maria Rodriguez (le Baiser Salé, club de Jazz), Jean Rémi Baudonne (la Cité de la Musique), Guillaume Chauvet (Eldora Productions), David Rousseau (Électro-acousticien) et Jérémy Galliot (fédération Hiero Limoges).

 

Annonces des adhérents

LE NOUVEAU SITE WED ADJOLOLO
LE NOUVEAU SITE WED ADJOLOLO
studios d'enregistrement et de création - accueil en résidence - management
Financement participatif
Financement participatif
Soutenons-nous, soutenons le collectif Culture Bar-Bars !
Formation Professionnelle
Formation Professionnelle
"Réussir sa mission de chargé(e) de diffusion"

Le Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional. Un réseau d’acteurs qui, fort de la mobilisation des structures musicales des Pays de la Loire, agit au carrefour du monde culturel, de l'économie et de la recherche. Expérimentation, concertation, observation, valorisation et appui aux initiatives, le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État.

Ayant l'intérêt général pour finalité, à travers le Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, et anticiper les mutations sociétales. Concrètement, l'action du Pôle se traduit par 5 missions principales. Le Pôle ressource et accompagne les acteurs et les collectivités, les informe. Il anime les réseaux, facilite les échanges d'expériences. Il coordonne des chantiers thématiques et expérimente des solutions innovantes. Il observe et valorise l’écosystème musical des Pays de la Loire. Au plus près des initiatives et des collectivités, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver collectivement des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques, auxquels tous sont confrontées. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, l’action du Pôle est cogérée par ses adhérents. Ces membres actifs sont des personnes morales, actuellement près de 120 structures. Son conseil d’administration est à l’image de la diversité des musiques actuelles.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification