^

La filière musicale > Actualité

22 septembre 2017

Contrats aidés dans la culture

Point de situation en Pays de la Loire

Suite à l’annonce du gouvernement concernant les contrats aidés, un sondage a été réalisé par les pôles culturels des Pays de la Loire. Il permet d’estimer à 30% la part de structures culturelles concernées par les contrats aidés dans notre région. Sur 265 structures ayant répondu à l'enquête, 114 contrats aidés sont en cours. 57% d'entre eux étaient en attente de renouvellement avant fin 2017. Si l'on ajoute les embauches prévues, 47% des projets sont concernés par la décision gouvernementale.
Télécharger

Durant l'été, les acteurs culturels ont pris connaissance de la volonté du gouvernement de freiner le recours aux contrats aidés. Suite à un sondage « éclair » auprès de nos réseaux respectifs (le Pôle, Mobilis, le Pôle Arts-Visuels et la Plateforme) durant la première quinzaine de septembre, nous estimons à 30% la part de structures culturelles concernées par les contrats aidés en Pays de la Loire. Ces contrats aidés jouent un rôle essentiel pour assurer la continuité et le développement de projets associatifs irrigant les territoires, et pour le maintien dans l’activité, voire la formation professionnelle « in-situ » de personnes qui seraient sans cela de plus en plus éloignées de l’emploi. Cette décision met en difficulté nombre de projets et de personnes dans le secteur culturel.

En effet, les dirigeants d’associations culturelles ayant recours actuellement à ces contrats estimaient, de bonne foi, pouvoir les prolonger avec l'accord de Pôle Emploi. D'autres comptaient y avoir recours prochainement, et avaient entamé des processus de recrutement qu'ils ont dû interrompre. Tous se retrouvent aujourd'hui dans des situations délicates. Non seulement, il semble qu'il n'y ait plus, ni la possibilité de signer de nouveaux contrats, ni la possibilité de prolonger ceux existants. Humainement et structurellement, l’impossibilité de prolonger les contrats en cours met les structures employeuses comme leurs employés dans des situations extrêmement complexes. En effet, les personnes qui s'impliquaient professionnellement (dans une démarche d'insertion ou de réinsertion) dans des actions d'intérêt général, voient leur situation d'emploi remise en cause brutalement, alors que chacun pensait pouvoir bénéficier de plus de temps, soit pour aller simplement au bout des actions (et ainsi être en situation de les valoriser auprès de partenaires ou de futurs employeurs), soit pour finaliser un modèle économique favorable permettant de pérenniser l'emploi. Tous, employeurs comme employés, se retrouvent aujourd'hui démunis.

Quelques chiffres :

  • 265 structures culturelles ont répondu à notre enquête.
  • 32% des projets ont actuellement dans leur équipe au moins un contrat aidé, soit 114 contrats en cours.
  • 57% de ces contrats étaient en attente d’un accord de renouvellement avant la fin de l’année 2017.
  • Si l’on ajoute à ces structures, celles qui projetaient une embauche en contrat aidé dans les mois à venir, 47% des projets seraient directement concernés, soit 125 structures et plus de 150 contrats.

Emploi

Articles similaires

Actualité

Quelle gouvernance pour le CNM ?

Ce qu'en dit le rapport des parlementaires...

Depuis novembre, les acteurs de la musique étaient en attente du rapport final des députés Emilie Cariou et Pascal Blois sur le Centre National de la Musique. Le 22 janvier, en présence du Ministre de la culture Franck Riester, les parlementaires ont remis au 1er Ministre la version finale de leur rapport. Il nous éclaire sur le mode de gouvernanc…
Enquêtes thématiques

L'emploi culturel en baisse en région !

En 4 ans, l’emploi culturel associatif a perdu 1 poste sur 5

La CRESS publie bientôt une note de conjoncture comparant l’emploi et les structures employeuses de l’Economie sociale et solidaire (ESS) en Pays de la Loire, entre 2008 et 2017. Les chiffres publiés provenant de l’URSSAF sont frappants pour le secteur culturel qui est, en effet, très structuré en associations. Alors que le nombre d’employeurs aug…
La filière musicale

L'emploi permanent dans les lieux

Une étude de la Fedelima, du Rif et d'Opale

140 lieux de musiques actuelles ont participé à cette étude sur l'emploi permanent réalisé par la Fédélima, le RIF (Ile-de-France) et Opale. Ainsi, ce travail analyse l'évolution de l'emploi sur les thèmes de l'égalité femmes-hommes, l'usage de contrat à temps partiel, la diversification des postes... au travers du croisement d'indicateurs tels qu…

Annonces des adhérents

APPEL A PROJETS Jeunes public
APPEL A PROJETS Jeunes public
en partenariat avec RAMDAM
Portes Ouvertes Formations Pro
Portes Ouvertes Formations Pro
Assistez à tous les cours PRO gratuitement pendant 4 jours
Release Party à Stereolux
Release Party à Stereolux
le Samedi 2 Mars

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification