^

La filière musicale > Actualité

Les festivals de musiques actuelles

Bilan de l'été 2017 en Pays de la Loire

Selon les derniers chiffres du CNV, l’activité des festivals en Pays de la Loire progresse et pèse 4,3% de la diffusion festivalière nationale en volume de représentations payantes et 8,7% de leur fréquentation pour 10% de leurs recettes de billetterie. Revenons sur les festivals de l’été 2017 pour mieux comprendre cette évolution et les tendances actuelles.

Une fréquentation 2017 plutôt en hausse

Les chiffres de la fréquentation indiquent une hausse, ou du moins une stabilité du nombre de festivaliers cet été. D’après Steven Jourdan, la 3ème édition du festival de musiques actuelles et arts de la rue Un singe en été (Mayenne - 53) a connu une meilleure fréquentation cette année, avec 12.000 spectateurs contre 10.500 en 2016. Les musiques émergentes de Terra Incognita (Carelles - 53) ont comptabilisé 2.000 personnes sur les deux soirs du festival, contre 1.400 en 2016, avec une jauge complète le samedi, une première depuis sa création il y a 7 ans. Même constat du côté des Mouillotins à Cuillé (53) : 2017 est la meilleure édition du festival en termes de fréquentation (11.000 personnes) et de recettes, selon Antoine Foucher. La 20ème édition des 3 Eléphants (Laval – 53) a accueilli 27.500 festivaliers, soit une hausse de près de 8% par rapport à 2016, et affiche des records de fréquentation pour certains spectacles. Selon Lucas Blaya, il s’agit de la 3ème meilleure édition du festival en termes de billetterie et la meilleure édition en termes de fréquentation totale depuis 4 ans. Du côté du Hellfest (Clisson - 44), la fréquentation est passée à 173.235 entrées (+ 2000 par rapport à 2016), avec des conditions météo exceptionnelles et moins de temps d’attente sur le site. La fréquentation reste stable pour Le Rêve du loup à Nantes, avec 1.400 festivaliers, ainsi que pour le festival Au foin de la rue, à Saint-Denis-de-Gastines (53), avec 17.000 personnes, une édition autour du thème “Mad max” et une programmation réalisée dans le cadre de l’année France-Colombie. Pour les musiques du monde des Escales à Saint-Nazaire (44), la fréquentation est de 44.979 spectateurs, chiffre en dessous des prévisions.  Un record a cependant été réalisé cette année sur la programmation avec 50% d’artistes en provenance de Detroit.

 

Un été sous le signe des innovations

Les festivals ligériens continuent de se développer et d’innover, comme en témoigne le Hellfest, avec la mise en place d’une application cashless, l’installation de tourniquets pour fluidifier les accès à l’entrée du site concert, une nouvelle scène dans l’entrée du festival au Hellcity, de nouveaux points restauration hors site concert, et surtout une esplanade devant les main stage, augmentée de 13 000 m², ce qui a permis aux festivaliers de bénéficier de plus de confort. Au Foin de la Rue, une remorque solaire a été construite pour alimenter les douches des festivaliers en eau chaude et un diagnostic énergétique a été réalisé en vue de redimensionner les sources de production électrique, dans l’objectif de passer la scène du chapiteau en solaire et/ou génératrice à l’huile végétale d’ici 2 ans. Une réussite significative est la mise en place d’une caravane prévention, véritable boîte à outils itinérante sur la prévention et la réduction des risques en milieu festif. Terra Incognita, quant à lui, a innové en intégrant sur le festival une équipe prévention et une action handicap identique à celles présentes sur le festival Un Singe en Eté.  Du côté des Escales et en collaboration avec le collectif Bars-Bar, un Warm Up proposait en avant-première du festival des concerts dans cinq bars de la ville, notamment avec des artistes de Detroit. A noter aussi l’installation d’une ferme temporaire, sur le modèle des Urban Farms de Detroit, en collaboration avec de nombreux collectifs, tels que Jardi-Compost, les Incroyables comestibles, le Rozo, ou encore Ceux qui sèment. Enfin, le festival Le Rêve du Loup a proposé cette année un concert « signé », des personnes sourdes et malentendantes ont intégré l’équipe des bénévoles, et une journée de récupération de nourriture a été organisée à la campagne. Sur certains festivals, des initiatives ont été remises à plus tard, comme pour Les 3 Eléphants qui a préféré reporter le passage au cashless en 2018, en raison du coût élevé de la dématérialisation et des baisses de subventions.

 

Le coût de la sécurité, question cruciale des festivals

Cette année encore, le budget des festivals a été impacté par les surcoûts des mesures de sécurité. Pour certains d’entre eux, comme Le Rêve du Loup, la question de la sécurité ne se pose pas vraiment, le festival étant avant tout dans une logique de gardiennage et non de plan Vigipirate. De même, Un singe en Eté n’a pas eu de réel impact côté sécurité, car le lieu est fermé naturellement, grâce au château fort de la ville et ses murailles : les entrées sont ainsi plus faciles à sécuriser. Par contre, d’autres festivals ont connu un impact considérable au niveau du budget et du dispositif. Au Hellfest, la sécurité a impacté le budget, avec la mise en place d’un important dispositif anti-camion bélier, tout autour du festival. Les agents d’accueil et de fouille étaient plus nombreux, ainsi que l’équipe de bénévoles dédiés au contrôle visuel des accès. Les tourniquets à l’entrée site concert ont été installés et le festival a davantage échangé avec la préfecture et les forces de l’ordre pour une surveillance accrue à l’approche extérieure de l’entrée du festival. Tous ces dispositifs ont sérieusement impacté la facture, notamment avec le dispositif de gendarmerie. De même, pour la première fois, de gros artistes américains ont imposé de prendre en charge une équipe de sécurité rapprochée, suite aux événements de Manchester. Pour le festival Les Mouillotins, Antoine Foucher constate une hausse de 15% du budget sécurité pour 2017. Au Foin de la Rue, environ 2.000€ de dépenses supplémentaires ont été réalisées par rapport à 2016, ce qui a représenté 8% du budget global, notamment suite à la mise en place d’un dispositif de filtrage pour les véhicules dans l’ensemble du centre-bourg : ceci a nécessité du matériel et personnel supplémentaires et a été une forte contrainte pour les riverains. Aux Escales, le budget sécurité a représenté plus de 5% du budget, soit plus de 120.000 € pour renforcer le dispositif. Conjugué à une baisse de la fréquentation et des dotations du Conseil Régional, ces dépenses de sécurité risquent d’amener le festival sur un exercice budgétaire déficitaire.

 

Toujours plus de retombées sur le territoire

Les retombées économiques restent significatives pour les festivals de cet été, comme en témoigne Steven Jourdan pour Un Singe en Eté : les festivaliers peuvent entrer et sortir du site comme ils le souhaitent et consomment dans les restaurants du centre-ville. Les hôtels de la ville sont réservés pour les artistes et par les festivaliers venant de plus loin. Pour lui, l’impact touristique est indéniable. Le Hellfest estime à près de 40 M€ les flux financiers générés par la présence du festival et à 6 M€ l’impact économique généré par le festival sur la communauté de communes de la Vallée de Clisson et Cugand.

Si Terra Incognita se pose la question de sa pérennité, Le Rêve du Loup travaille déjà à sa prochaine édition en 2019. Et d’autres festivals affichent leurs projets : Au foin de la Rue souhaite mener sur les 3 ans à venir une démarche de réduction de son impact énergétique, notamment dans son utilisation de l’énergie fossile.  Quant aux Escales, le projet de ferme urbaine souhaite s’inscrire dans la continuité, avec l’installation en 2018 d’un jardin - à la fois de production et pédagogique - sur le toit de la base sous-marine. Les 3 Eléphants affirme son objectif à 3-4 ans de faire du festival un événement incontournable à Laval et au-delà, notamment sur le Grand-Ouest. Gageons que la diversité musicale et les festivals indépendants ont encore de beaux jours devant eux, même si des multinationales telles que Lollapalooza ou Live Nation essayent aujourd’hui de s’imposer.

 

 

Article écrit par : Françoise Henry @Kawen

Pour vos témoignages et votre temps, merci à Steven Jourdan, Terra Incognita & Un singe en été | Yoann et Vikthor, Hellfest | Lisa Bélangeon, Au Foin de La Rue | Antoine Foucher, Les Mouillotins | Gérald Chalbaut, Les Escales | Lucas Blaya, Les 3 Eléphants | Renzo, Le Rêve du Loup - Le Monde des Barons Perchés.

 Crédit Photo : David Gallard - Clack

Festivals Les Escales / VIP AMAC 6par4 / Les 3 Eléphants Au foin de la rue Hellfest Productions Les Barons Perchés Terra Incognita Un singe en été

Articles similaires

Actualité

Mesurer l'utilité sociale des Festivals

Une enquête en cours en Pays de la Loire

Dans la continuité de l’étude sur les publics et l’économie des festivals , Le Pôle lance cette année, en collaboration avec le cabinet d’études GECE, une enquête dont l’objectif est de mesurer l’utilité sociale des festivals des Pays de la Loire. Le rapport collectif paraîtra en décembre 2018. Ce projet est l’occasion de revenir sur les démarche…
Actualité

Les pistes du Sénat pour pérenniser les…

Retour sur les réflexions de la commission culture, de l’éducation et de la communication du ...

La commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat a réalisé cet été le bilan de ses travaux sur les festivals, issu d'un groupe d’études sur les arts de la scène, de la rue et des festivals en régions, pour la période 2014-2017. Retour sur les principaux points à retenir, car en effet, les festivals sont impactés par les …
Actualité

Festivals & économie

Le Figaro fait son infographie

La saison estivale se lance et les médias parlent festivals. Le Figaro propose donc une infographie et une brève analyse sur l'économie générée par 885 festivals d'été. La fréquentation de ces rassemblements culturels apporte de réels impacts économiques sur leur territoire. Cette activité, créatrice d'emplois, bénéficie à l'activité estivale, aux…

Annonces des adhérents

Formation diplômante MIMA
Formation diplômante MIMA
Inscriptions 2018/19 ouvertes
Financement participatif
Financement participatif
Soutenons-nous, soutenons le collectif Culture Bar-Bars !
Tous les mois
Tous les mois
Découvrez la coopérative des métiers créatifs en Pays de la Loire

Le Pôle de coopération des acteurs pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional. Un réseau d’acteurs qui, fort de la mobilisation des structures musicales des Pays de la Loire, agit au carrefour du monde culturel, de l'économie et de la recherche. Expérimentation, concertation, observation, valorisation et appui aux initiatives, le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État.

Ayant l'intérêt général pour finalité, à travers le Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, et anticiper les mutations sociétales. Concrètement, l'action du Pôle se traduit par 5 missions principales. Le Pôle ressource et accompagne les acteurs et les collectivités, les informe. Il anime les réseaux, facilite les échanges d'expériences. Il coordonne des chantiers thématiques et expérimente des solutions innovantes. Il observe et valorise l’écosystème musical des Pays de la Loire. Au plus près des initiatives et des collectivités, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver collectivement des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques, auxquels tous sont confrontées. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, l’action du Pôle est cogérée par ses adhérents. Ces membres actifs sont des personnes morales, actuellement près de 120 structures. Son conseil d’administration est à l’image de la diversité des musiques actuelles.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification