^ arrow_upward
09 January 2018

Le poids de l'export !

Focus sur les chiffres du Bureau export

Alors que le gouvernement a annoncé le doublement de la subvention au Bureau Export, afin de soutenir la musique française à l’étranger, le Pôle revient sur les principaux chiffres 2016, publiés par le Bureau Export : l’internationalisation des musiques actuelles ne concerne pas seulement les projets les plus avancés et structurés mais s’inscrit également dans une stratégie de développement de projets encore jeunes ou en voie de professionnalisation.

740 K€ d’aides financières à l’export

 

En France, le Bureau Export accompagne la filière musicale française dans son développement à l’international, que ce soit pour les musiques actuelles ou les musiques classiques. Pour développer son action, il s’appuie sur un réseau de 4 antennes - Allemagne, Royaume-Uni, États-Unis, Brésil - et un bureau basé à Paris. En 2016, 300 structures ont utilisé les services du Bureau Export et 500 projets de tous styles musicaux ont bénéficié de son accompagnement (conseil, mise en relation, appui logistique et/ou financier, promotion). Le Bureau Export a ainsi octroyé 740 K€ d’aides financières.

Un chiffre d’affaires de 262 M€

 

Pour l’année 2016, les chiffres de la musique française à l’export sont significatifs. Pour la 3ème année consécutive, le volume économique de la filière musicale généré à l’international dépasse les 600 M€ pour atteindre 628 M€, soit une progression de 30% par rapport à 2010. La filière musicale française enregistre un chiffre d’affaires en provenance de l’international de 262 M€ (+2% par rapport à 2015).

Les droits d’auteur sont la source de revenus la plus importante de la filière musicale à l’international, avec un chiffre d’affaires de 111,9 M€ (hors synchronisation et édition graphique). Ainsi, la collecte des droits d’auteur et droits voisins des sociétés de gestion françaises (Adami, Sacem, SCPP, SPPF) représente près d’un tiers du total des revenus de la filière musicale à l’export. En matière de revenu synchronisation, l’export représente 18,1 M€, et en vente de partitions, un chiffre d’affaires de 2,2 M€.

Les producteurs phonographiques ont enregistré un chiffre d’affaires sur les ventes de supports physiques et numériques de 56 M€, un niveau record depuis 2011. Cette branche représente 25% du total des revenus de la filière musicale à l’export. 72% des ventes à l’export des producteurs phonographiques concerne les supports digitaux, contre 28% pour les supports physiques. Le streaming audio et vidéo représente 60% des revenus numériques à l’export des producteurs phonographiques français. De plus, 46% des streams audio des artistes signés en France proviennent de l’étranger, soit près d’un stream sur deux. Les ventes des producteurs phonographiques sont majoritairement en provenance de l’Europe (60% du total des ventes), mais les revenus ont tendance à s’internationaliser avec une part de chiffre d’affaires “hors Europe” de 40%.

Les ventes de concerts représentent 25% du total des revenus de la filière musicale à l’export. Le chiffre d’affaires à l’export des producteurs de spectacles est estimé à 66,2 M€. Bien que l’Europe soit le premier marché des producteurs de spectacles (60% de la part des ventes de concerts), les producteurs français exportent de plus en plus leurs artistes en dehors de l’Europe. Le chiffre d’affaires export “hors Europe” augmente d’année en année et représente 29% de leur chiffre d’affaires total (contre 22,5% en 2015). L’Asie et l’Amérique du nord sont leurs principaux marchés hors Europe. À noter que le marché africain représente 5% des ventes de concerts des producteurs de spectacles.

Le doublement de la subvention au Bureau Export

 

Dans un entretien à CultureBiz, Marc Thonon, directeur général du Bureau Export, estime que « la filière musicale doit absolument prendre position sur des marchés clés ». Les excellents résultats des artistes à l’étranger, le potentiel des artistes français sur les marchés et la nécessité de relais de croissance de l’économie ont pour lui contribué à hisser l’export parmi les priorités majeures de la filière. Il note que les labels, producteurs de spectacle et éditeurs s’appliquent à conforter leur présence sur les principaux territoires européens (Allemagne, Royaume-Uni, Italie, etc.) tout en ciblant de nouveaux marchés pour diversifier leurs revenus.  

Pour 2018, plusieurs programmes de soutien financier ouverts aux musiques actuelles sont à la disposition des professionnels adhérents du Bureau Export, parmi lesquels le programme export pour les musiques actuelles qui sera doté d’un budget total de 600.000 € et le programme de soutien d’une stratégie export complète développée autour d’un artiste confirmé à l’international, lui aussi doté d’un budget total de 600.000 €. Enfin, le programme d’aide export au jazz est doté d’un budget total de 100.000 €.

À l’occasion de la présentation du rapport Maistre en novembre 2017, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a annoncé une série de mesures pour la filière musicale en 2018, dont le doublement de la subvention au Bureau Export. Elle explique que « cet effort doit permettre de faire rayonner à travers le monde les projets musicaux, dans toutes les esthétiques ». La subvention de l’Etat sera de 2,7 millions d’euros en 2018, décidé avec le soutien des parlementaires, témoignant ainsi du caractère prioritaire du soutien au rayonnement international de la filière musicale française. Le ministère souhaite également encourager le développement des industries musicales et l’export de la création française : par exemple, en réaffirmant le soutien aux ensembles musicaux, orchestres et solistes, qui sont des ambassadeurs de la France dans le monde entier, mais aussi en accompagnant les carrières et reconversions.

A la veille de l’examen par la commission élargie de l’Assemblée nationale des crédits de la mission médias, livre et industries culturelles, la filière musicale, dans toutes ses composantes, a appellé unanimement le gouvernement et le parlement à modifier le projet de loi de finances 2018, afin de relever de 2,5 M€ supplémentaires la dotation publique du Bureau Export de la Musique, et ainsi renforcer le dispositif d’aides, avant de porter progressivement le budget du Bureau Export à 10 M€ à horizon 2020. Pour la France, l'enjeu des cinq années à venir est crucial : les prises de positions lui permettront à horizon 2030 d'assurer le rayonnement de ses artistes et le développement d'un écosystème, garant d'une création riche et diversifiée.




 

International

Articles similaires

Appui aux acteurs

Dossier "Salons et événements internati…

Des événements en vogue...

Profitons que les Biennales Internationales du Spectacle se tiennent à Nantes les 17 et 18 janvier, pour un dossier sur les différents salons professionnels dédiés notamment aux musiques actuelles. A travers le monde, tous proposent conférences, showcases, workshops et concerts, et représentent des opportunités pour tout acteur musical souhaitant…
International

Convention Pays de la Loire - Institut …

La convention évolue !

La Région des Pays de la Loire et l'Institut Français ont signé une convention triennale pour la période 2017-2019, dans l’objectif d'accompagner la mobilité des porteurs de projets artistiques et culturels résidant en Pays de la Loire. Les deux partenaires réaffirment pour l'occasion leur volonté d'inscrire les échanges de coopérations culturelle…

Annonces des adhérents

Ici c'est cool
Ici c'est cool
Ne laissons pas la violence pourrir l'ambiance
Formation Monter en chapiteau
Formation Monter en chapiteau
du 14 au 18 septembre
Appel à projets radios
Appel à projets radios
Saison 20-21 Jet FM
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing