^

La filière musicale > Actualité

26 avril 2018

Françoise Nyssen lance la préfiguration du CNM

Pour une ouverture du CNM souhaitée début 2019 !

Certains le pensaient enterré une nouvelle fois. D'autres anticipaient l’annonce de sa création. Ce 25 avril 2018, à l’occasion du Printemps de Bourges, Françoise Nyssen, a annoncé la préfiguration du Centre national de la musique qu'elle confie à 2 députés : Emilie Cariou, députée de la Meuse, Vice-Présidente de la commission des finances, et Pascal Bois, député de l’Oise et membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation. Ce travail devra aboutir en septembre prochain.
Télécharger

Revenons sur le discours prononcé par Françoise Nyssen à  Bourges, ce 25 avril.

Une ambition nouvelle pour la musique !

Selon la ministre, « Le ministère doit apporter un soutien à la hauteur de ce que la musique représente dans notre pays ; de ce qu’elle représente dans la vie des Français ; dans notre économie ; dans notre rayonnement à l’étranger ». Elle « considère que (son) ministère peut et doit faire « plus » pour la musique (…) et considère que le compte n’y est pas ». Les mots sont forts.

Françoise Nyssen annonce « une nouvelle politique musicale : une politique offensive, qui renforce l’accompagnement de votre filière dès la racine – dès la formation des talents – jusqu’au rayonnement international » avant de confirmer que la mission confiée à Roch-Olivier Maistre a bien convaincu de créer un Centre National de la Musique, et que « la phase de préfiguration opérationnelle s’ouvrira dans les prochains jours, pour une ouverture souhaitée début 2019 ».

Une mission parlementaire de préfiguration

Deux députées LREM sont en charge de cette préfiguration : Emilie Cariou, députée de la Meuse, vice-présidente de la commission des finances, et Pascal Bois, député de l’Oise et membre de la commission des affaires culturelles et de l'éducation. Ils devront donc « Préparer l’avant-projet de texte créant le nouvel établissement public », « Clarifier son organisation et sa gouvernance » et « clarifier les besoins de la filière et ses financements ».

Le cadre est posé !

- Le périmètre du CNM

Ce nouvel établissement public « viendra donc remplacer le CNV ».

Ce nouvel établissement public « regroupera quatre missions de service public, aujourd’hui dispersées entre diverses organisations ou ne faisant l’objet d’aucun portage » :

  • l’observation des activités de la filière ;
  • le soutien économique à la filière ;
  • le développement international ;
  • et l’information et la formation des professionnels.

Ce nouvel établissement public « gérera les subventions comme les crédits d’impôt », dont la Ministre rappelle pour ces derniers qu’ils « jouent un rôle majeur », mais indique également qu’« il va falloir les défendre » - le Parlement évaluant actuellement les crédits d’impôt culturels.

Les missions du CNM ont vocation à « embrasser toute la filière – de la musique enregistrée à la musique "live" ».

L’articulation avec les services du Ministère, DGCA et DGMIC, se fera « en bonne intelligence » et précise que le « secteur subventionné continuera de faire l’objet d’un soutien direct du ministère ».

Le CNM n’intégrera pas le Bureau Export de la musique française, mais sa subvention transitera par le CNM à l’instar d’Unifrance avec le CNC.

- Son financement et sa gouvernance

Selon la Ministre « la création d’un CNM n’a de sens que s’il peut bénéficier de ressources supplémentaires par rapport au CNV actuel », donc « Toutes les pistes de financement doivent être explorées ».

Quant à la gouvernance, l’Etat y aura une place centrale et « la mission parlementaire devra déterminer la place donnée aux organisations professionnelles et aux parties prenantes ».

L'enjeu territorial

Au vu des missions et du périmètre du futur établissement public (observation de la filière, son soutien économique, le développement international, l’information et la formation des professionnels), on peut considérer que la bonne articulation avec les territoires sera une clef du succès du CNM. Celui-ci doit être en mesure de contribuer à garantir une véritable diversité des initiatives indispensable à la vitalité du secteur.

Dans son discours, Françoise Nyssen affirme des défis : « préserver la diversité de la création face à un mouvement inédit de concentration et de mondialisation », « développer la filière musicale en soutenant notre production dans un contexte de concurrence accrue » et « se donner les moyens de conquérir les marchés internationaux ». C'est en prenant en compte, dans ses missions et sa gouvernance, et dans une logique partenariale, une ensemble large d'initiatives et notamment, sur les territoires régionaux, les initiatives privées d’intérêt général et d’utilité sociale qui participent d‘ores-et-déjà à relever les différents défis posés, que le futur CNM renforcera réellement la filière musicale en France. Ce sera l'un des enjeux de la concertation et de la préfiguration qui s’annoncent !

Les réactions de quelques organisations professionnelles

* A noter que dans ce communiqué, ces 4 organisations revendiquent de représenter l’intégralité des entreprises du secteur - sic !

Centre National de la Musique Ministère de la Culture et de la Communication

Articles similaires

Actualité

La mission CNM proche du rapport final

Des missions à la gouvernance...

Depuis juin, les députés Emilie Cariou et Pascal Bois, accompagnés de leurs rapporteurs : Romain Laleix et Frédéric Béreyziat, avancent "au pas de charge" pour faire des préconisations concertées avec la filière pour le futur Centre national de la Musique. La mission de préfiguration est en passe de rendre son rapport final annoncé pour début nove…
Actualité

Franck Riester nouveau Ministre de la C…

Bonne nouvelle pour le CNM ?

La parenthèse de la société civile se referme au ministère de la Culture. A la place de Françoise Nyssen, s’installe une personnalité présentée comme purement politique. Franck Riester, né en 1974, est entré en politique très jeune, élu en 1995 à Coulommiers en Seine-et-Marne. Il a été rapporteur des lois Hadopi 1 et 2. En avril 2011, Frédéric Mit…
Actualité

Budget 2019 du Ministère de la Culture

Un budget "stable" ou un budget "réaffirmé"

Le Budget Culture de l'Etat est stable. Avec l'annonce de nouveaux dispositifs, certains l'espéraient en hausse. D'autres expliqueront que, dans le contexte, un budget stable est une bonne nouvelle. L'apparition de ces nouvelles lignes implique des choix. Ceux annoncés sont sur l'équité territoriale, la jeunesse, la diversité culturelle et l'antic…

Annonces des adhérents

Tranzistor #65
Tranzistor #65
L'art peut-il soigner ?
Concert CFPM le 27 mars 2019
Concert CFPM le 27 mars 2019
Concert mercredi 27 mars 2019 Scène Michelet de Nantes à 20h30 - Entrée libre
FORFAIT ENREGISTREMENT 2 JOURS
FORFAIT ENREGISTREMENT 2 JOURS
Pour 600 € avec hébergement inclus (2 nuits – 8 pers) du 1er avril au 30 juin

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification