^

La filière musicale > Actualité

07 juin 2018

Les financements de la presse

A la recherche d’un nouveau modèle économique

Les médias culturels ont-ils été oubliés par les nouveaux dispositifs d’aide à la presse du Ministère de la Culture ? Le critère éditorial concernant l’information politique et générale est excluant pour les spécialisés. Si quelques dispositifs existent notamment pour les médias de proximité, l’accompagnement ou la recherche, les médias culturels doivent trouver un modèle économique à travers la diversification de leurs activités : l'événementiel, la communication ou l'éducation aux médias...

Des critères excluant la presse spécialisée

 

IPG : l’intérêt
politique et
général

L’intérêt politique et général est la première condition énumérée par les articles qui régissent le régime économique de la presse. Celui-ci est historiquement fondé sur le rôle de la presse d’informer le citoyen. Ainsi, le contenu d’une publication doit être le fruit d’un réel travail éditorial et doit être généraliste. Il faut couvrir les deux aspects (Politique et Général) sur au moins 50% de sa surface rédactionnelle pour décrocher le sésame IPG. Selon les dernières jurisprudences, une publication, dont au moins la moitié de la surface est consacrée à la diffusion d’annonces de programmes des manifestations culturelles organisées sur le territoire, ne présente pas un caractère d’intérêt général quant à la diffusion de la pensée.

La CPPAP

L’autre critère récurrent pour toute demande est le certificat d’inscription délivré par la CPPAP, la commission paritaire des publications et agences de presse. Il s’agit d’une instance composée à parité de représentants de l’administration de l’Etat et de professionnels de la presse. Pour les publications, elle délivre un avis relatif au bénéfice du régime économique de la presse (dont le taux de TVA à 2,1%). Elle reconnait également la qualité de service de presse en ligne. Et elle propose l’inscription sur la liste des entreprises ayant le statut d’agence de presse.

Pour les publications, les principales conditions d’admission sont la périodicité régulière, d’être un support payant et comporter au moins un tiers d’information dite d’intérêt général. Les services de Presse en ligne doivent être édités à titre professionnel, comporter un contenu original ayant fait l’objet d’un traitement à caractère journalistique (de fait, les agendas sont exclus), et être maître du contenu éditorial… Une reconnaissance de service de presse en ligne conforte également le cadre d’activité des journalistes, notamment en prévoyant un abattement des cotisations sociales patronales pour leur emploi. En 2016, 7538 publications étaient inscrites sur le registre de la CPPAP dont 23,39% de presse associative et la qualité de service de presse en ligne a été accordée à 949 reprises.

Le financement
bancaire

Au-delà des aides à la presse mises en place par le ministère, l’inscription du certificat d’inscription délivré par le CPPAP permet aux titulaires un soutien de l’IFCIC, l’institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles. Deux solutions sont proposées. La première est une garantie bancaire représentant généralement 50% du montant du crédit. Ce taux de garantie peut être porté à 70% dans certains cas. Le second est un prêt participatif dédié à l’accompagnement des opérations de transmission, de création ou de développement d’entreprises.

 

Des aides qui motivent à modifier la ligne éditoriale

 

Le système des aides à la presse en France est né en 1796 dans l'idée que la presse écrite contribue de manière essentielle à l’information des citoyens et à la diffusion des courants de pensées et d’opinions. Dans le respect de la liberté d'expression et à la non-incitation à des comportements illicites, l'Etat s'attache à conforter les conditions du pluralisme de la presse au travers de différentes aides. Dernièrement, et notamment suite aux événements de Charlie Hebdo, de nouveaux dispositifs ont vu le jour.

Les médias
de proximité

La première entrée pour la presse locale est le fonds de soutien aux médias d’information sociale de proximité. 1,5 millions d’euros sont destinés annuellement à ce fonds. La région des Pays de la Loire concentre 10% des attributions avec plus d’une dizaine de supports soutenus chaque année. L’audience du média n’entre pas dans les critères. L’enjeu est la création de contenus journalistiques à l’échelle locale afin de contribuer au débat citoyen. L’aide est attribuée en fonction de l'offre éditoriale du média d’information sociale de proximité selon des critères d’implication des habitants, d’ancrage territorial et surtout sur la ligne éditoriale. Cette dernière doit être généraliste. Cette clause exclut de nouveau un grand nombre de médias culturels.

Le Mécénat

La loi n°2015-433 du 17 avril 2015 a complété l’article 200 du code général des impôts en ouvrant le bénéfice du régime fiscal du mécénat aux associations œuvrant pour le pluralisme de la presse. Les donateurs peuvent affecter leurs dons au financement d’une entreprise ou d’un service de presse en ligne spécifique. La condition est que le support doit être reconnu d’Information Politique et Générale selon l’article 39 bis A du CGI. À l’heure actuelle, deux associations gèrent des dons dans ce cadre. Il s’agit de Presse et pluralisme et J’aime l’info.

Tous ces points peuvent expliquer la motivation de certaines publications culturelles à ouvrir leur ligne éditoriale. Cette mutation peut se faire au dépend des attentes des lecteurs et du lien construit entre le média et ces derniers.

accompagner la mutation de la presse

 

Les incubateurs

Depuis la création en 2016 d’un fonds de soutien destiné à l’émergence de nouveaux médias par le gouvernement, 5 incubateurs de projets éditoriaux innovants sont apparus en France. En Pays de la Loire, Ouest Média Lab s’est associé avec la Creative Factory, Audencia Sciences com et Polytech (Université de Nantes) pour créer un incubateur, le NMCube. Les incubés bénéficient ainsi de coaching individuel et collectif, de jours de formation, d’hébergement, de mise en relation… Le programme NMCube dure 12 mois. Le prochain appel à candidature sera ouvert en septembre 2018.
L’accompagnement de nouvelles entreprises de presse a également pour but de repérer les futures tendances.

Les fonds pour
la recherche

Conscient du bouleversement du secteur de la presse, le ministère a ouvert un appel à projets sur la réalisation de programme de recherche et de développement devant profiter à l’innovation dans le secteur de la presse. Ouvert à la communauté scientifique, universitaire et entrepreneuriale, il a pour but de questionner les pratiques et les usages liés à la presse. En 2018, les recherches soutenues sont tournées vers les conditions de production de l’information, l’expérience utilisateur et la monétisation des contenus.

Quel modèle économique pour la presse Culturelle ?

 

Si le modèle économique de la presse repose sur la vente de journaux et la publicité, il est souvent dépendant du soutien financier de l’état. En 2016, 368 titres ont bénéficié d’aides directes, de l’aide à la distribution de la presse quotidienne nationale ou de l’aide à la modernisation sociale pour un montant de presque 80 millions d’euros. La presse musicale est exclue de la totalité des dispositifs à partir du moment où elle n'est pas généraliste et ne sort pas du champs culturel. A titre d'exemple, le groupe Millénaire Presse, premier éditeur français spécialisé dans l’information professionnelle du secteur culturel, n'entre pas dans les dispositifs du ministère.

Le média un outil de
personal branding ?

De plus, l’arrivée du numérique, via l’attractivité des GAFA, complexifie les recettes de régie publicitaire. La presse culturelle et musicale devient alors régulièrement déficitaire et se retrouve confrontée à la diversification des sources de financement. Le média peut se transformer en vitrine et devient un outil de valorisation de ses propres compétences et de son image de marque afin de développer des activités annexes telles que l’organisation d’événements, le coaching, la diffusion de supports, la conception d'outils de communication ou l’animation de conférence.

L'éducation aux médias

Cheval de bataille du Président et de la Ministre de la Culture, la lutte contre les « fake news » passe par l’éducation aux médias. Cet axe devient une véritable activité annexe pour le journaliste et paraît comme l’avenir du financement de la presse. Le 4 mars 2018, Françoise Nyssen a annoncé son souhait de doubler l’enveloppe consacrée à cet enseignement et amplifier l’action des associations et journalistes qui font cette sensibilisation dans les écoles et au sein des médiathèques.

Former les acteurs
en Pays de la Loire

En région Pays de la Loire, suite aux appels à projets lancés en 2015 et 2016, la DRAC a identifié, en 2017, de nombreux acteurs (médias et/ou associations) qui travaillent dans le champ de l’éducation aux médias et au numérique. Réparties sur l’ensemble du territoire régionale, ces structures sont référentes pour former les encadrants (personnels de l’Éducation nationale et animateurs, acteurs culturels, etc). Ces structures sont Jet Fm, Vlipp, Fragil (pour la Loire-Atlantique), Sun (pour le Maine-et-Loire), Graffiti (pour la Vendée), les Francas (pour la Sarthe) et l'Autre Radio (pour la Mayenne).

Des résidences
de journalistes

Dans cette lignée d’éducation aux médias, le ministère de la culture a initié des « résidences de journalistes ». Ces rencontres permettent de désacraliser ou dédiaboliser le « journaliste » en partageant du temps et du savoir-faire tel que le croisement des sources. En Pays de la Loire, les journalistes sont sélectionnés par le biais d’un appel à projets réalisé avec le soutien des Clubs de la Presse. 4 résidences ont déjà eu lieu sur la Communauté de Communes Erdre et Gesvres, la ville d’Allonnes, la Communauté de communes de Nozay et la ville du Mans.

 

média

Articles similaires

Veille documentaire

La FRAP publie ses nouveaux chiffres

Des signes inquiétants pour les radios locales

La FRAP (Fédération des des radios associatives en Pays de la Loire) publie don 5ème baromètre réalisé à partir des données 2017 de ses 21 radios adhérentes. En 5 ans d'études, cet état des lieux révèle, pour la première fois, une année difficile pour les radios de la région, tant au niveau financier que salarial. En cause : la perte des emplois a…
Actualité

Sun Fait sa rentrée

on the boat, le vendredi 28 septembre

La radio choleto-nantaise Sun, membre du Pôle, fait sa rentrée et présente sa nouvelle grille de programme ce vendredi 28 septembre à 16h à bord du bateau le Goëland. Selon les derniers résultats parus de Médiamétrie, Sun est la 1ère radio associative des Pays de la Loire en terme de résultats d'audience. Cette nouvelle a donc forcément boosté tou…
Actualité

Les médias et la presse en pleine mutat…

Clips, RNT, aides à la presse... de quoi sera fait l'avenir ?

La communication et les médias sont en mutation. La Radio Numérique Terrestre (RNT), dont le déploiement s’accélère, va être un tournant pour la radio. Avec l’explosion du web, les médias classiques et la presse n'ont plus le monopole de la diffusion et de l'info. La place de l’image est de plus en plus centrale. Dans ce contexte, de nouveaux disp…

Annonces des adhérents

appel à candidatures !
appel à candidatures !
Fin des candidatures le 20 janvier 2019
Release Party à Stereolux
Release Party à Stereolux
le Samedi 2 Mars
le 31 janvier à la Boule Noire
le 31 janvier à la Boule Noire
ALV MGMT & Syncope Prod

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification