^

La filière musicale > Actualité

11 septembre 2018

Nyssen lance une Charte des festivals

Soutenir les festivals "exemplaires" !

Dans un contexte compliqué pour les organisateurs de festivals, coincés entre phénomènes de concertation et hausse des coûts, le Ministère de la culture lance un projet de charte des Festivals. Édité en parallèle de la publication d'un panorama des festivals, ce document affirme "un engagement politique en faveur des festivals, de leur rôle sur les territoires et de l'écosystème culturel qu'ils créent" selon le Ministère, et constitue un appel à soutenir les festivals dits "exemplaires".

Les festivals prennent une part de plus en plus importante dans le paysage culturel. Avec l'arrivée de grands groupes internationaux qui rachètent ou créent des manifestations, l'équilibre économique des festivals devient jour après jour complexe. Si on corrèle l'explosion des cachets d'artistes et l'augmentation des coûts liés aux contexte sécuritaire (notamment suite à l'instruction ministérielle "Collomb" du 15 mai 2018 concernant la facturation aux organisateurs des coûts de mobilisation des forces de l'ordre toujours plus important), le point d'équilibre des festivals indépendants atteint aujourd'hui des niveaux de l'ordre de 95 à 98% de taux de remplissage. L'équation devient impossible.

Vers une charte des festivals...

Dans ce contexte, et en parallèle de la publication d'un panorama des festivals, le Ministère de la culture lance le projet de Charte des festivals. Ces deux initiatives se situent dans le prolongement direct d'une mission confiée il y a six mois à Serge Kancel, Inspecteur général des affaires culturelles (Igac) devenu référent permanent et transversal des festivals. Le document intitulé "Pour une charte des festivals" appelle à "une attention particulière de l’État et des collectivités" et affirme "un engagement politique en faveur des festivals, de leur rôle sur les territoires et de l'écosystème culturel qu'ils créent". "Ensemble, ils ont la responsabilité essentielle et conjointe d’aider les festivals à conserver le rôle d’expérimentation et d’incubateur qui est le leur depuis plusieurs dizaines d’année, à conserver l’indépendance de leur programmation et leur liberté de prendre des risques et de prospecter les nouveaux talents, à opérer les mutations nécessaires" précise le texte.

Ce document constitue aussi un appel à soutenir les festivals dits "exemplaires". Il affirme clairement : "Ce soutien doit aller en priorité aux festivals exemplaires par leur projet culturel, leurs valeurs, leur énergie, leur impact sur les territoires et leur capacité de coopération". Dans un discours prononcé à Carhaix, le 20 juillet 2018, à l'occasion du festival des Vieilles Charrues, la Ministre de la culture, Françoise Nyssen, qui y était présente avec Serge Kancel (Igac référent "festivals"), précise l'intention : "Par cette Charte, nous nous engageons à soutenir les festivals qui sont « exemplaires » sur le plan de la diversité et de l’excellence artistiques ; exemplaires sur le plan de l’ouverture au public, avec des actions de sensibilisation, des efforts tarifaires ; exemplaires sur le plan de l’empreinte territoriale ; exemplaires sur le plan économique, en termes d’attractivité, d’emploi, de structuration de la filière culturelle ; exemplaires sur le plan de la responsabilité sociale et environnementale. Nous nous engageons aussi à accorder une attention particulière aux festivals émergents et à ceux dont le modèle économique est fragile".

Ce document servira de base à une concertation entre État et collectivités locales. Ainsi Françoise Nyssen affime à Carhaix : "Cette Charte, c’est une forme de « code de bonne conduite », un pacte d’engagement et de solidarité qui rappelle ce qui fonde le « fait festivalier » dans notre pays, et l’importance de le protéger. Elle a vocation à être diffusée à partir d’aujourd’hui dans tous les festivals : aux organisateurs, aux élus, aux bénévoles, aux artistes. Elle a déjà rencontré un écho favorable parmi plusieurs associations d’élus locaux, et j’entends continuer à travailler avec eux".

En espérant qu'en effet, cela permette de trouver des solutions efficaces permettant de répondre aux trois grands enjeux pointés clairement dans son intervention : "la variation des subventions publiques, qui est liée aux contraintes budgétaires, mais qui fragilise les festivals qui en dépendent", "la prise en charge des coûts de sécurité dans le contexte d'une menace terroriste toujours élevée" et enfin " le risque de concentration dans le secteur".

Festivals Ministère de la Culture et de la Communication

Articles similaires

Développement durable

Greener Festivals

4 festivals des Pays de la Loire récompensés

Le Greener Festival Award est un trophée de prestige qui récompense les festivals les plus audacieux dans leur démarche éco-responsable, parmi plus de 500 festivals internationaux. Ce 18 janvier, les lauréats, suite aux audits de 2018, ont été dévoilés lors de l'Eursonic à Groningen. Le Dubcamp est présent pour la 2ème année consécutive. Les Escal…
Les Rendez-Vous du Pôle

Le programme des RDV du Pole de Nantes …

Découvrez les 40 intervenants des RDV du Pôle, le 31 janv. à Nantes.

Des conf’ concernant : le contrat de filière et ses appels à projets, les musiques actuelles comme patrimoine (dans le cadre de l’expo Rock ! et de Mémoires entrelacées), les enjeux de coopération et d’ancrage des projets, l’insoluble équation des festivals, les possibles concernant les vidéoclips, et des points d’actus sur les financements, le re…
Actualité

Circulaire Collomb : Contentieux et mis…

Les coûts de sécurité en question ?

​Le SMA et le Prodiss avaient engagé mi-juillet un recours gracieux contre l’instruction ministérielle du 15 mai 2018 relative à la facturation des couts de sécurité, dite « circulaire Collomb ». ​En l’absence de réponse du Ministère de l’Intérieur à ce premier recours, le SMA, toujours en lien avec le Prodiss, a donc décidé d’engager cette fois u…

Annonces des adhérents

Release Party à Stereolux
Release Party à Stereolux
le Samedi 2 Mars
Rencontre avec un luthier
Rencontre avec un luthier
essai de guitare gratuit le 3 fevrier au Silo / le Mans
Stop aux bouteilles d'eau !
Stop aux bouteilles d'eau !
Murailles Music lance les groudes réutilisable pour les artistes et techniciens

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification