^

La filière musicale > Actualité

09 octobre 2018

Retour du Multison en Pays de la Loire !

Suite à une concertation nationale pour la Free

Ils sont étudiant(e)s, ouvrier(e)s, infirmièr(e)s, ingénieur(e)s ou salarié(e)s associatifs. Depuis plusieurs mois, ils se réunissent bénévolement pour organiser l'événement légal qui va célébrer la culture des Free-party locales. 6 ans après la dernière autorisée et suite à une concertation nationale, la préfecture de Loire-Atlantique a donné son feu vert à Media’son qui fera converger du 12 au 14 oct. à Teillé (44), 54 sound systems, des centaines d'artistes et les passionnés de la fête libre.

Le 13 octobre 2017, a eu lieu à Paris, une réunion de concertation sur les rassemblements festifs organisés par les jeunes et le mouvement de la fête libre. En présence de plusieurs Ministères dont l'Intérieur, la Santé, l'Education (Jeunesse) et la Culture, avec les associations FreeForm, Techno Plus et des collectifs de Sound System, cette réunion a été l’occasion de reprendre le dialogue, et de prendre quelques résolutions, quatre exactement.

La première était de poursuivre la concertation au travers d'une réunion annuelle entre les collectifs de la fête libre, les associations et les différents ministères concernés. La seconde était l'écriture d'un cahier des charges commun pour la préparation et l'évaluation de Multisons dans 4 régions pilotes dont la régionn des Pays de la Loire. La troisième était d'assurer une meilleure coordination entre l’État et les organisateurs de Teknivals. Le choix du terrain, le rétroplanning et le cadre légal sont les piliers de cette relation. Enfin, la quatrième était de suivre la mise en œuvre de tous les points de convergences sur la médiation locale (à l'échelle régionale et/ou départementale) et tout particulièrement sur la prévention et la réduction des risques. Beau programme !

La difficulté de trouver
un lieu pour la fête

Plusieurs de ces sujets sont actuellement en attente. En ce qui concerne le premier point acté, la concertation nationale, la date de la prochaine réunion annuelle n'est pas connue pour le moment. Seul le Ministère de l'intérieur manquerait à la signature des documents et cahiers des charges. Le principal point de crispation se concentre sur une problématique commune à de très nombreux événements culturels : le choix du terrain. Le chanteur français Kino avait tout résumé en une chanson à la fin des années 90 : "Les voisins sont des cons. Le problème, c'est que l'on est tous le voisin de quelqu'un." Les conflits de voisinage sont en effet au cœur des problématiques de la vie nocturne : déménagements de festivals, impact des décrets bruits sur les cafés-concerts et les petites salles, exaspérations de riverains face aux nuisances sonores... 

4 régions pilotes
pour mettre en place
des Multisons légaux

Cette problématique de terrain impacte également la mise en place des Multisons dans les 4 régions pilotes. En Occitanie, les collectifs de Sound System sont à la recherche d'un terrain. En Centre-Val de Loire, le choix du site a permis l'édition d'un "mini Multison" en septembre 2018. Environ 1.500 participants s'y sont rassemblés. En Bretagne, en fonction de la validation du terrain, un Multison devrait avoir lieu le week-end du 26 et 27 octobre. En Pays de la Loire, la tenue du Multison a été annoncé dès le début du mois de septembre. Et ce lundi 8 octobre, suite à une réunion sur site, la préfecture a autorisé l'association Media'Son à l'organiser du 12 au 14 octobre 2018. 

Multison en Pays de la Loire :
Une vieille histoire !

En Pays de la Loire, il s'agit d'un retour. En effet, le premier Multison légal date de 2008 à Frossay, et le dernier date de 2012 à Treffieux. Entre ces 2 dates, le Mutlison légal a eu lieu tous les ans. En 2013, la préfecture avait rompu le dialogue avec l'asso Multisons44 qui était, à l'époque, l'organisateur de ces rassemblements légaux. Le Multison 2013 intitulé “Panik au poulailler” s'était donc tenu de façon illégale à Guenrouët, suivi par le Teknival revendicatif de Gétigné en 2014, sur une ancienne mine d'uranium d'Areva. Les anciens Multisons légaux en Pays de Loire ont accueilli entre 2.500 et 5.000 personnes, de 2008 à 2012, avec un nombre de façades qui oscillait entre une dizaine et une quinzaine. En revanche, le Teknival de Gétigné (44) en 2014, illégal et revendicatif celui-ci, avait réuni près de 10.000 personnes.

1593 heures de bénévolat
sur les 48h d'exploitation

Comme l'a indiqué les représentants du Ministère de la Culture, lors de la concertation nationale, la question des rassemblements festifs et du mouvement de la fête libre relèvent à la fois des pratiques culturelles amateurs et de l’exercice de la musique. L'organisation du Mutlison est bénévole. Média'Son est l'association qui permet la mise en place d'un projet légal. De nombreux acteurs de la scène free-party de la région sont directement concernés par l'organisation de l'événement qu'ils adhèrent ou non à l'association Média'son. Au delà du noyau dur d'une vingtaine de personnes, 200 bénévoles sont impliqués sur le week-end. Durant les heures d'ouverture du Multison, cela va représenter 1593 heures de bénévolat juste pour l'organisation générale. Ces activistes de la fête libre ne se revendiquent pas comme professionnels du spectacle. Ils ont d'autre activité : étudiants, animateurs, ouvriers, soudeurs, mécaniciens, infirmières, soigneuses animalières, saisonniers ou encore conducteurs Poids Lourd... Leurs activités bénévoles ne se limitent pas à la Free Party. Ils sont également bénévoles sur des événements plus classiques comme des festivals ou dans des associations de quartiers, sociales, culturelles ou sportives. 

Un événement de promotion
de la fête libre

En réunion, ils imaginent et développent un concept d'événement différent. L'ambition est de sortir du schéma économique traditionnel où le consommateur achète un billet de spectacle. Le propos est de créer un rassemblement avec des "participants impliqués et responsable d'eux, des autres et de leur environnement." Le message des organisateurs à leur public est le suivant : "L'événement accueillera tout participant sur simple donation, dans le respect de la tradition. Ses organisateurs viennent tous du mouvement Free-party, ce sera donc un événement qui prône le partage, l'entraide et le respect de chacun. Si le public se réclame lui aussi de la Free, à lui de le prouver en nous laissant un site propre et sans tags. Les déchets c'est comme les ami.e.s : tu viens avec, tu repars avec. Nous souhaitons une autonomie collective et festive, une communauté rassemblée par des valeurs et une action commune. À nous tous de défendre ces valeurs ensemble !"

17 & 18 novembre 2018 
les Rencontres Nationales
de la Fête Libre en région

Cette expérimentation régionale devance de quelques semaines les prochaines Rencontres Nationales de la Fête Libre qui se dérouleront les 17 et 18 novembre 2018 en Loire-Atlantique. Au delà des dynamiques collectives et du travail de partage, cette mise en pratique permettra de mettre en avant différents points de vigilance en termes juridiques, techniques ou de réduction des risques. Lors de la concertation nationale, il a été souligné l'importance de bâtir un dispositif adapté et de prévenir au mieux les prises de risques en mobilisant des structures de prévention ou de réduction des risques. Ce dernier point est complexe a abordé de manière institutionnelle. De fait, le financement et la structuration de ces associations manquent souvent de soutien.

 

Illustration récupérée en ligne nommée : "Rave Party in "Champ de coquelicots vers Argenteuil" 1873

Media'Son

Annonces des adhérents

Nouveau single
Nouveau single
voir le clip
Showcase
Showcase
Journée pro - 8/01/19
Tranzistor #64
Tranzistor #64
Saisons culturelles, regard en coulisses

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification