^

Observation > Veille documentaire

16 octobre 2018

Panorama de la consommation de musique

Une étude sur les pratiques d'écoute musicale

C’est la troisième année consécutive que la Fédération internationale de l'industrie phonographique (IFPI) publie un panorama de la consommation de musique enregistrée dans le monde. Ce sont 19.000 personnes âgées de 16 à 64 ans interrogées par l'agence AudienceNet dans 18 pays. L'activité culturelle préférée des Français est observée à la loupe dans une approche internationale permettant de mettre en avant les spécificités de notre pays. Qu’apprend-on dans le panorama 2018 ?

De la fréquence d’écoute, aux moyens d’accéder à la musique, en passant par les esthétiques favorites et les conditions d’écoute, l’étude dresse un portrait du consommateur moyen en interrogeant des consommateurs de musique provenant des 18 principaux marchés de la musique enregistrée dans le monde, auxquels viennent s'ajouter la Chine et l'Inde. 

Fréquence D'ÉCOUTE et styles musicaux 

Les consommateurs passent en moyenne 17,8 heures par semaine à écouter de la musique, soit 2,5 heures par jour. Les consommateurs français sont un peu en dessous de cette moyenne avec une écoute de 14,8 heures par semaine de musique enregistrée, soit 2,1 heures par jour. Les genres musicaux les plus prisés sont la pop (64%), le rock (57%) et l'électro (32%). Les musiques de film et de série ne sont pas en reste avec 30% du public qui déclarent en écouter !

L’importance territoriale

Ce n’est pas une nouveauté mais l’influence de la culture locale dans les choix musicaux du public est confirmée. Près de 70% du public français écoutent de la variété française. Bien que ce chiffre soit particulièrement important en France, il n’est pas pour autant une spécificité originale : on retrouve ce phénomène d’attachement aux répertoires locaux au Mexique et au Brésil qui écoutent à 55% et 43% de la musique latine, au Japon, tandis que les sud-coréens s’intéressent davantage à la K-pop (62%).

les moyens d’accéder à la musique :

¾ des consommateurs écoutent de la musique via leurs smartphones. Ce phénomène est un peu moins fréquent en France avec 66% des consommateurs concernés. Cette tendance s’inverse pour les jeunes Français de 16 à 24 ans qui eux, déclarent à 97% écouter de la musique sur leur smartphone, soit trois points de plus que la moyenne mondiale.

Les Français sont en revanche très attachés à la radio : 92% l’écoute contre 86% à l’échelle mondiale avec un temps d’écoute global de 4,4 heures hebdomadaires d’écoute de la radio.

Le moyen le plus populaire est évidemment le streaming (audio ou vidéo), qu'utilisent 86% des sondés à un niveau mondial, et 81% en France. 57% des jeunes de 16 -24 ans ont par ailleurs souscrit à un abonnement payant. Cependant, la mainmise du streaming n'est pas totale puisque le piratage est utilisé par 38% des consommateurs. La méthode la plus usitée est celle du stream ripping.

Le nouveau moyen d'écoute serait l'enceinte intelligente : 15% des sondés se disent prêt à acheter ce nouvel objet tendance dans les 12 prochains mois.

Conditions d’écoute : activité simultanée à la musique

L’étude s’intéresse plus particulièrement aux temps d’écoute qui se déroulent de manière conjointe à une autre activité. Si les Français en écoutent plus que la moyenne pendant des déplacements (en voiture 72% contre 66% en moyenne globale, dans les transports 60% contre 54% en moyenne globale), c’est beaucoup moins le cas en travaillant (34% contre 40% en moyenne à l’échelle mondiale) ou avant de s’endormir (13% se laissent bercer contre 19% à l’échelle mondiale).

Cette « pluriactivité » est particulièrement présente chez les jeunes de 16 à 24 ans.

L’Inde et la Chine

Ces nouveaux eldorados pour la musique dont les résultats n’ont pas été pris en compte dans le rapport global, font l’objet de focus spécifiques : 96% des consommateurs de ces deux pays écoutent légalement de la musique. Dans les deux cas, le plus souvent la musique est écoutée pendant un moment de détente à la maison. Et la musique locale est la plus écouté avec de la C-Pop et de la Pop en Chine et de la musique « Bollywood » actuelle et traditionnelle en Inde.

 

En savoir plus :

 

Annonces des adhérents

Nouveau single
Nouveau single
voir le clip
Tranzistor #64
Tranzistor #64
Saisons culturelles, regard en coulisses
le 31 janvier à la Boule Noire
le 31 janvier à la Boule Noire
ALV MGMT & Syncope Prod

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification