^ arrow_upward
10 September 2019

Cop18, protection de la biodiversité

une exemption pour les instruments de musique

Le 28 août, lors de la Cop18 à Genève, la communauté des instruments de musique a obtenu la révision d’une réglementation sur certains des bois rares. Ainsi, les instruments de musique contenant ces bois pourront désormais circuler sans permis CITES. Ce consensus fait suite à la quantité infime utilisée dans la musique comparée à d’autres secteurs (meuble). Néanmoins, cette décision ne dédouane pas le monde des instruments de musique de sa responsabilité en matière de conservation des espèces.

Cela faisait 3 ans qu'une coalition des instruments de musique travaillait pour obtenir une révision de l’annotation 15 lors de la Cop18 du Cites (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction). L'enjeu porte sur la circulation à l'international de certains bois rares fortement utilisés par les facteurs d'instruments : les palissandres et les bubingas . En effet, depuis le 2 janvier 2017, il faut un permis en règle pour importer dans l'UE, ou exporter hors de l'UE, des morceaux bruts de tous ces bois, des morceaux bruts, semi-finis ou des produits finis tels que les instruments de musique contenant ces bois.

La décision pour les instruments de musique

Le 28 août 2019, la coalition des instruments de musique a obtenu gain de cause. Les instruments de musique – de même que leurs accessoires et parties finies - qui contiennent ces bois pourront désormais circuler sans permis CITES (à l’exception du dalbergia nigra, à l’Annexe I de la CITES). Cette nouvelle décision entrera en application partout dans le monde 90 jours après la décision du 28 août 2019. Dans l'Union Européenne,un délai supplémentaire et à prévoir pour que le texte soit mis en forme dans le règlement de l'Union (au minimum 30 jours supplémentaires). 

Les instruments ne sont pas exemptés d'eco-responsabilité

Cette décision a fait de longs débats. Certains considèrent que l’exemption des instruments de musique n’aurait pas dû être accordée aux industries mais seulement aux artisans, tandis que d’autres ne la souhaitaient pas du tout. La Chambre Syndicale de la Facture Instrumentale rappelle que cette décision ne dédouane en aucune manière le monde des instruments de musique de sa responsabilité en matière de conservation des espèces. Les décisions de la CITES ne sont jamais définitives. Dans trois ans, de nouveaux votes interviendront lors de la CoP19. Et avant cette date, le secteur de la musique devra être capables de montrer que cette exemption n’est pas préjudiciable à la conservation des espèces et que, bien au contraire, ce dernier est plus que jamais engagé dans des pratiques éco-responsables.

La science pour protéger les bois

Dans ce cadre, l'APLG (Association Professionnelle des luthiers artisans en guitare) s'est associée au projet de recherche scientifique porté par Iris Brémaud (chargée de recherche au CNRS), Celui-ci a pour objectif de pallier le manque de données sur les propriétés physiques des espèces de palissandre menacées par la surexploitation industrielle. Il sera la première étape indispensable pour contribuer à la conservation conjointe de la biodiversité et du patrimoine socio-culturel.

 

Pour en savoir plus :

Annonces des adhérents

Portes Ouvertes MUSIC TIME
Portes Ouvertes MUSIC TIME
Le 10/02/202, assistez à tous les cours de formation Pro diplômante
Masterclass Rythme Signé
Masterclass Rythme Signé
le 13 mai avec Santiago Vazquez
Tranzistor #65
Tranzistor #65
L'art peut-il soigner ?
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing