^ arrow_upward
24 April 2020

Quelles sont les conséquences de la crise ?

Faire remonter et suivre la situation...

La crise actuelle va avoir des conséquences majeures sur la filière musicale en France. Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire cherche à évaluer les conséquences de celle-ci sur la filière en Pays de la Loire. Depuis le 13 mars, le formulaire ci-dessous est mis à destination de tous les acteurs Musiques actuelles des Pays de la Loire, quelles que que soient les activités exercées, pour faire remonter les situations précises rencontrées.

Depuis le début de la crise actuelle, la filière musicale subit des conséquences majeures. L’Etat, la Région des Pays de la Loire et de nombreuses collectivités territoriales (départements, métropoles, agglomérations, intercommunalités et villes) ont mis en place des mesures pour tenter de répondre à des situations d’urgence.

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire cherche à évaluer les conséquences de crise sur la filière musicale en Pays de la Loire. Depuis le 13 mars, un formulaire a été mis à destination de tous les acteurs Musiques actuelles de la région, quelles que soient les activités exercées, pour faire remonter les situations précises rencontrées. Ce document fait ressortir des premiers chiffres et des premiers besoins.

Un nouveau temps se profile, celui de la prévision, de l’analyse et de la concertation. De toute évidence les premiers résultats obtenus, dans un climat mouvant, devront être complétés. Mais cet état des lieux apparaît comme l’une des premières étapes de la construction de solutions collectives.

Ce formulaire est à destination de tous les acteurs Musiques actuelles des Pays de la Loire, quelques que soient les activités exercées. Il est moins détaillé que les recensements réalisés par ailleurs par les syndicats du secteur et/ou le CNM auxquels nous vous encourageons de participer. Il permettra d'avoir une vision "au jour le jour" de la situation à l'échelle de la région et pour toutes les activités de la filière. Vous aurez la possibilité de modifier vos réponses ultérieurement.

État de situation (MAJ 31 mars 2020)

Au 31 mars, près de 100 structures ont répondu à ce questionnaire !

  • 25 producteurs (dont 2 labels) et 3 compagnies
  • 16 festivals et 4 organisateurs sans lieu fixe
  • 15 écoles et structures d’enseignement de la musique
  • 11 prestataires de services
  • 12 salles de concerts, 2 cafés et 2 autres lieux (musée, tiers lieux)
  • 6 magasins ou fabricants d’instruments de musique, et 2 disquaires
  • 3 médias

Ce sont :

  • 63% d'associations
  • 23% de sociétés
  • 11% de micro-entrepreneurs, entreprises individuelles et/ou SASU (Sociétés par actions simplifiée unipersonnelle).
  • 3% autres (collectivités...)

La situation actuelle met en danger la pérennité des structures :

  • A très court terme ou de manière immédiate, pour 30% des structures répondantes !
  • Sur le moyen/long terme, pour 40% des structures répondantes.

Les mesures prises :

  • 39% d'entre eux vont faire appel aux mesures de chômage à temps partiel !
  • 26% aux mesures permettant les reports de charges.


Chiffres :

  • Plus de 400 salariés concernés, 40% d’entre eux potentiellement en risque de perte d’emploi.
  • Plus de 800 intermittents concernés, par 60 structures (une "grosse" douzaine par structures)
  • Plus de 330 contrats avec des prestataires par près de 50 structures (soit près de 7 prestataires par structures)
  • Plus de 350 dates perdues (annulées ou reportées) pour 28 producteurs/bookeurs ou compagnies (plus de douze dates en moyenne)
  • Près de 400 dates annulées/reportées pour une 40taine d’organisateurs de concerts, salles et festivals
  • 1 200 000 euros de pertes financières pour 60 structures !

 

Concrètement, que se passe-t-il ?

- Des événements sont annulés (avant le 15 avril), ou ne savent pas si ils pourront avoir lieu en cas de prolongation probable des interdictions et du confinement de la population. Les organisateurs de festivals qui réinvestissent tout à chaque édition risquent de ne pas se relever d'une annulation de leur événement. Il y a déjà plusieurs annulations, rapidement : Paco Tyson (Nantes), Les Zeclectiques (Maine-et-Loire)... mais d'autres suivent.

- Les lieux ont vu baisser leur fréquentation avant que les spectacles soient annulés. Les billetteries pour les mois à venir sont en berne. Les ressources propres sont donc largement touchées : lieux de pratiques ou lieux de concerts, événements. Des locations de lieux et/ou des coproductions sont annulés ou dans le meilleurs des cas reportés.

- Au niveau de l'enseignement musical, suite à l'annonce de la fermeture des lieux, toutes les activités pédagogiques sont annulées et toutes les équipes de professeur.e.s sont en chômage partiel. Les équipes administratives sont en télétravail et/ou en chômage partiel.

- Les reports de dates conduisent à sur-saturer les agendas de la rentrée et de l'automne. Cela empêche ou conduit à reporter d'autres engagements à encore plus tard, pour certains, 2021. Dans ce cadre, les petits et moyens producteurs, notamment ceux qui sont présent en région, ont moins de poids dans les négociations, que les producteurs nationaux qui pèsent plus lourds.

- Ces mêmes producteurs, ces structures de développement d'artistes, n'ont pas forcément la structuration suffisante ou l'assise financière (trésorerie) pour supporter une telle situation. Là où les plus gros, et notamment les multinationales feront supporter ces annulations et reports sur leurs sous-traitants. Le modèle économique de ces structures de développement d'artistes reposent sur la pluriactivité et la polyvalence, c'est-à-dire aussi sur des prestations qui sont elles même touchées par des annulations. De nombreuses entreprises risquent de mettre la clef sous la porte... A termes, c'est tout l'écosystème territorial qui risque d'être largement impacté.

- Les prestataires, services ou techniques (médias et communication par exemple), sont aussi touchés. Leurs clients annulent les commandes, ne s'engagent plus ne signant plus de devis tant qu'ils ne savent pas à quoi s'en tenir et si leurs événements auront bien lieu. Certains ont fourni des prestations qui ne pourront pas être réglées. Leurs activités vont être bloquées pendant plusieurs mois.

- Beaucoup d'intermittents du spectacle vont se retrouver dans l'impossibilité de maintenir leur statut dans l'année (période de calcul des indemnités). Pour rappel, ils sont près de 4 000 intermittents en région des Pays de la Loire.

 

_______________________________

Archive

État de situation (MAJ 20 mars 2020)

Au 20 mars, plus de 70 structures ont répondu à ce questionnaire !

  • 18 producteurs (dont 2 labels) et 3 compagnies
  • 13 festivals et événements, organisateurs sans lieu fixe
  • 12 écoles et structures d’enseignement de la musique
  • 8 prestataires de services
  • 9 salles de concerts
  • 6 magasins ou fabricants d’instruments de musique, et 2 disquaires
  • 3 médias

Ce sont :

  • 61% d'associations,
  • 22% de sociétés
  • 12% de micro-entrepreneurs, entreprises individuelles et/ou SASU (Sociétés par actions simplifiée unipersonnelle).
  • 5% autres (collectivités...)

La situation actuelle met en danger la pérennité des structures :

  • A très court terme ou de manière immédiate, pour 28% des structures répondantes !
  • Sur le moyen/long terme, pour 42% des structures répondantes.

Les mesures prises :

  • 40% d'entre eux vont faire appel aux mesures de chômage à temps partiel !
  • 25% aux mesures permettant les reports de charges.
Chiffres :
  • Plus de 330 salariés concernés, 40% d’entre eux potentiellement en risque de perte d’emploi.
  • Près de 600 intermittents concernés, par plus de 40 structures (une "grosse" douzaine par structures)
  • Plus de 250 contrats avec des prestataires par près de 40 structures (soit entre 6 et 7 prestataires par structures)

État de situation (MAJ 18 mars 2020)

Au 18 mars, près de 60 structures ont répondu à ce questionnaire !

  • 13 producteurs, 2 labels et 2 compagnies
  • 10 festivals et événements, organisateur sans lieu fixe
  • 9 écoles et structures d’enseignement de la musique
  • 7 prestataires de services
  • 7 salles de concerts
  • 5 magasins ou fabricants d’instruments de musique
  • 3 médias

Ce sont :

  • 60% d'associations,
  • 20% de sociétés
  • 13% de micro-entrepreneurs, entreprises individuelles et/ou SASU (Sociétés par actions simplifiée unipersonnelle).
  • 7% autres (collectivités...)

Premiers chiffres :

  • 200 salariés concernés, un quart d’entre eux potentiellement en risque de perte d’emploi de façon immédiate.
  • Plus de 400 intermittents concernés, par plus de 30 structures (une douzaine par structures)
  • 114 prestataires par 25 structures (soit entre 4 et 5 prestataires par structures)
a c e g i n p t T u z

Articles similaires

Actualité

Disquaires indépendants

Exonération de taxe au Mans

Comme l'indique Ouest-france, le conseil municipal du Mans soutient les disquaires indépendants via l'exonération de la contribution économique territoriale (CFE et CVAE). Cette décision a été votée ce jeudi 16 septembre 2021. Pour obtenir ce soutien, les établissements doivent faire la demande auprès de l'administration fiscale pour voir un effet…
Actualité

Soutien à l'innovation

Un dispositif du CNM

Le Soutien à l’innovation vise à soutenir tout type d’entreprise dans le développement, à des fins applicatives, de projets d’innovation technologique ou de service, de nature à créer de la valeur au bénéfice des professionnels œuvrant dans le champ des activités soutenues par le Centre national de la musique. Le montant de l’aide est plafonné à 1…
Actualité

Mewem

Un programme de mentorat pour les femmes dans la musique

Depuis 2018, la FELIN encourage les femmes de l’industrie musicale à entreprendre à travers un programme de mentorat MEWEM. Ce dispositif se positionne comme un laboratoire de talents féminins, outil de structuration et de renouvellement de la filière musicale. Les candidatures pour la nouvelle édition sont ouvertes du 15 septembre au 1er novem…

Annonces des adhérents

Formation radiophonique
Formation radiophonique
calendrier 2020
Appel à projets radios
Appel à projets radios
Saison 20-21 Jet FM
Ici c'est cool
Ici c'est cool
Ne laissons pas la violence pourrir l'ambiance
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing