^ arrow_upward
03 June 2020

Portraits déconfinés (2/16)

La formation en pleine adaptation

Alors que le déconfinement se met progressivement en place, les secteurs de la ressource et de la formation professionnelle ont dû ajuster leur fonctionnement pour palier la crise. Si la formation à distance prend aujourd’hui le pas sur le présentiel, les responsables de formations n’y voient pas pour autant l’avenir. Tour d’horizon du secteur, entre craintes et optimisme.

Le confinement, temps d’adaptation

Avec l’annonce du confinement, les organismes de formation ont dû stopper leurs activités. Les formations en présentiel ont été reportées ou annulées. « L’impact du confinement a été important, puisqu’il est compliqué de faire des formations artistiques à distance, notamment sur la pratique et la technique instrumentales, les cours d’harmonie, de composition, d’arrangement… » reconnaît Wilfrid Lebrec, responsable du secteur formation à Trempolino. Pour beaucoup, comme ARTES, le repos confiné a été de courte durée. Cyrille Bureau, à la tête de cet organisme de formations administratives et culturelles basé à Nantes, en a mesuré la charge : « Le plan de digitalisation de nos formations était à l’horizon d’un an et demi ; avec la crise, on a fait un boulot d’un an et demi en un mois et demi ! (…) On a revu tout le calendrier et tout le catalogue de formations. » La question de la formation à distance a aussi occupé Wilfrid Lebrec qui, à défaut d’enseignements artistiques, a ajusté ses formations administratives. « Il a fallu faire tout un travail en amont avec les intervenants sur la transformation des interventions. (…) C’est tout ce changement qui a été compliqué. » Chacun l’admet, pendant cette période, il a fallu faire preuve d’agilité et de réactivité pour adapter les plans de formation et répondre aux besoins. Depuis le mois de mars, Caroline Thibault-Druelle, directrice de l’association Musique et Danse en Loire-Atlantique, estime quant à elle avoir été « accaparée par des temps de consultation » et avoir, à ce titre, « activé la facette “ressource” de l’agence départementale en proposant des liens informatifs aux acteurs des enseignements artistiques. »

Une reprise impactée

Si l’activité a été suspendue pendant le confinement, la situation n’est pas sans conséquences financières. Chez ARTES, cet arrêt soudain s’est soldé par une perte de plus de 25% de son chiffre d’affaire annuel. A la Fédération des Radios Associatives des Pays de la Loire, le volume de formation est moindre (ndlr : la formation n’étant pas l’activité principale de la structure), mais l’impact financier non négligeable : « On va avoir une grosse perte sur l’activité formation car c’est une activité gagnante chez nous avec la venue de radios d’autres régions et des départements limitrophes » explique Valentin Beauvallet, directeur de la FRAP. L’association Musique et Danse en Loire-Atlantique, dont le volet formation est en décélération, a purement et simplement annulé son offre de formation entre mars et juin : « Etant subventionnés, l’obligation de faire du bénéfice n’est pas aussi forte que dans le secteur privé » confie la directrice. Néanmoins, le déconfinement a aussi sonné la reprise des activités, et de manière accrue. « On est débordé d’appels et de demandes » raconte Cyrille Bureau. Une conséquence de l’inactivité des salariés selon le directeur d’ARTES, mais aussi du renforcement de l’aide à la formation du Fonds National de l’Emploi, mis en place pour financer la formation des salariés en activité partielle. Cette « bouée de sauvetage » permet à l’entreprise de « limiter la casse », avec un mois de juin record en prévision. « Mais combien de temps ces aides vont-elles durer ? » questionne l’entrepreneur. Wilfrid Lebrec de Trempolino reçoit lui aussi beaucoup de requêtes, mais sans lien avec le FNE : « 90 % de notre public sont des artistes musiciens qui n’ont donc plus d’activité liée à la scène. Les intermittents nous sollicitent pour utiliser ce temps disponible pour se former. »

Un avenir incertain

Les organismes de formation sont actuellement dans la bourrasque et beaucoup d’incertitudes demeurent pour la suite. « On avait travaillé sur un plan de formation et de rencontres qui va sans doute être bousculé car les thématiques seront peut-être moins prioritaires pour les publics à la rentrée » admet Caroline Thibault-Druelle. La surcharge de travail des salariés et intermittents liée à la reprise d’activité fait aussi craindre un fort ralentissement pour le secteur de la formation. « Il y a un risque que certaines entreprises ne laissent plus le temps à leurs salariés de se former » regrette Valentin Beauvallet. « Ça a déjà été le cas avec la suppression des emplois aidés, la charge de travail ayant été plus élevée, la priorité n’a pas été donné à la formation. Cela va donc amplifier ce phénomène » appuie Cyrille Bureau. La projection reste difficile, mais une chose est sûre, d’aucun n’est prêt à abandonner la formation en chair et en os. « J’ai un regard très sceptique sur l’efficacité des formations en distanciel. Tout n’est pas transposable » explique Cyrille Bureau, rejoint par Wilfrid Lebrec : « J’espère que cette crise ne va pas nous obliger à aller vers le tout distanciel car c’est une modalité pédagogique qui déshumanise les choses et dans nos filières artistiques, c’est quasiment impossible. » Dans cet amas d’interrogations, tous s’inquiètent plus globalement sur l’avenir de la filière artistique et culturelle. Cependant, l’optimisme reste de mise, selon Caroline Thibault-Druelle : « Malgré que les acteurs aillent mal, on a la chance d’être sur un territoire relativement soutenu politiquement. On est vite solidaires, on se met vite en réseau et cette force du collectif nous fait avancer. »

article écrit par le Scéno
photo : Salle de Formation Artes - juin 2020

le FNE - Formation : Dans le cadre de la crise du COVID-19, le dispositif FNE-Formation est renforcé de manière temporaire afin de répondre aux besoins des entreprises en activité partielle par la prise en charge des coûts pédagogiques. Il est accessible à toutes les entreprises qui ont des salariés en chômage partiel, par une simple convention signée entre l’entreprise et la Direccte. en savoir plus

 

Annonces des adhérents

Appel à projets radios
Appel à projets radios
Saison 20-21 Jet FM
Formation Monter en chapiteau
Formation Monter en chapiteau
du 14 au 18 septembre
Formation radiophonique
Formation radiophonique
calendrier 2020
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing