^ arrow_upward
01 July 2020

Portraits déconfinés (9/10)

Les lieux pluridisciplinaires

Fermeture impérative, reprise en demi-teinte, avenir à préciser… Secoués par la crise sanitaire, les lieux pluridisciplinaires tâtonnent encore pour poursuivre leurs activités, mais veulent croire à un retour à la normale. Flash-back sur trois mois troublés.

Confinement en toute bienveillance

« Branle-bas de combat ! » L’expression revient dans la bouche des responsables de structures pluridisciplinaires quand les « lieux recevant du public non essentiels à la Nation » ont été sommés de fermer. « Nous avions ouvert Le 122 deux mois auparavant, ça a été une claque pour l’équipe » révèle Margaux Lainé, chargée de communication du tiers-lieu culturel angevin. Selon les situations, très diverses, les sites ont tiré un trait sur leurs activités : plus de spectacles, ni d’ateliers ou d’activités ; ceux qui n’accueillaient pas encore de public en mars ont revu leur plan de bataille. Tous se sont en tout cas organisés pour faire face à la conjoncture : réunions de crise, sécurisation des finances, installation d’outils, mise en activité partielle de certains salariés…

 

Pour Antoine Leborgne, responsable du projet Le 23 à Nantes qui devait s’inaugurer le 23 avril, « le plus dur a été le manque de vision et le flou ; on s’est mis à vivre au jour le jour ». Face à l’incertitude, François Gabory, directeur du Jardin de Verre à Cholet, qui a retiré ses 27 spectacles de fin de saison, a toujours préconisé « d’attendre l’évolution des choses et de ne pas prendre de décisions trop précipitées ». Certains comme Pick Up Production, en passe d’ouvrir Transfert à Rezé, ont décidé d’annuler toute leur programmation estivale en attendant que le confinement s’aplanisse : « L’idée était d’éviter d’épuiser les équipes dans l’écriture de scénarios différents » explique Fanny Broyelle, directrice adjointe de l’association. Car pendant cette période, outre la gestion des projets, prestataires, contrats et publics, beaucoup insistent sur « le lien et la solidarité » tissés avec les équipes et « le souci permanent des uns et des autres dans leur manière d’appréhender le confinement » selon François Gabory.

Reprise et nouvelles pratiques

« Avec les usagers, nous avons manifesté devant la MJC pour dire qu’on en avait ras le bol d’être mis de côté » raconte Agnès Bertin, directrice de la MJC Ronceray - L’Alambik au Mans, agacée par la position d’entre-deux des MJC n’entrant pas dans la catégorie "centre sociaux" mais ayant parfois des missions proches. Après quelques déconvenues, la plupart des lieux pluridisciplinaires a tout de même déverrouillé ses portes, au compte-goutte, selon les activités autorisées. Une occasion de renouer avec les équipes et de ré-expérimenter : Reprise des résidences artistiques, réouverture des espaces bar-restaurant, mise en place d’événements hors les murs… Pour d’autres, en attente de lancement, comme le tiers-lieu Le 23 qui se déconfinera le 15 août, « le rythme n’a pas réellement changé » juge Antoine Leborgne.

 

Néanmoins, la crise sanitaire semble porter quelques fruits. « Il y a un côté hyper vitalisant » témoigne Agnès Bertin, qui prend en exemple les formes proposées hors les murs : « ça oblige tout le monde à sortir de son confort habituel et c’est riche ». Également du côté de Transfert qui s’est remis en route avec des accueils de compagnies en résidence : « Ça nous a permis de nous rendre compte des potentialités de Transfert comme lieu de fabrique et espace à destination des artistes » affirme Fanny Broyelle qui pense au prochain accueil du public « en toute humilité » et se laisse, avec l’équipe, le droit « de continuer sur cette voie, de revoir la copie, éventuellement de refermer » selon les situations. Au 122, en même temps que le lieu a été réaménagé, des captations live se sont organisées. « Une solidarité s’est montée entre les structures angevines » raconte Margaux Lainé qui évoque de prochaines captations, « personne ne peut réellement reprendre son activité, donc on crée ensemble. » Pour Antoine Leborgne, peu convaincu par les possibilités numériques : « tout n’est pas transposable en visio ; le propre de l’événement est de croiser les publics, les faire se rencontrer et partager un temps ensemble ».

« Quelles priorités pour demain ? »

 « Nous n’avons pas à nous réinventer » s’insurge calmement François Gabory, « on a énormément de richesses, d’expériences, on foisonne d’idées depuis des années ! Il faut surtout se poser la question des priorités de demain » La culture en sera-t-elle une ? « C’est une vraie lutte à porter. » Fanny Broyelle abonde, s’inquiétant de la hiérarchisation des secteurs qui pourra se poser : « L’inquiétude, c’est 2021. Nos financements sont remis en question chaque année. » D’autant qu’avec l’hybridation des modèles économiques, « comment les entreprises vont se comporter vis-à-vis des ‘secteurs non prioritaires’ ? »


Article écrit par Le Sceno

photo : MJC Ronceray / Rassemblement pour la ré-ouverture

a c e g i n p t T u z

Articles similaires

Actualité

ENQUÊTE FLASH « CULTURE vs COVID-19 »

Quel impact de la crise covid-19 sur les projets culturels en Pays de la Loire …

Quel impact de la crise covid-19 sur les projets culturels en Pays de la Loire ? Après un 1er point de situation en avril, les pôles régionaux des filières culturelles des Pays de la Loire s’associent à l’enquête "Culture vs Covid-19" initiée par la MCAC, pour dresser une nouvelle photographie permettant de rendre compte de l’état actuel des filiè…
Appui aux acteurs

Les cours de musique autorisés après 18h

Une dérogation pour les ERP de type R

Depuis le couvre-feu à 18h, les écoles de musique s’interrogent sur les dérogations pour les cours. C’est l’article 4 du fameux décret n°2020-1310 qui cadre les dérogations au couvre-feu. Il renvoie à l’article 35 et à son alinéa 6 pour les établissements d’enseignement artistique. Cet alinéa reste inchangé depuis le 15 déc. - date à laquelle il a…
Partage d'expériences

Portrait d'Alice Belling

6ème adjointe au Maire de St-Sébastien-sur-Loire

L'équipe de Prun' a accueilli Alice Belling, 6ème adjointe au maire de Saint-Sébastien-sur-Loire, en charge de la Culture et des Relations Internationales, et Vianney Marzin, directeur du Pôle. Cet échange a abouti à un portrait radiophonique qui aborde les phases d'apprentissage de la fonction d'élu.e, de ses missions en lien avec les équipes des…

Annonces des adhérents

Ici c'est cool
Ici c'est cool
Ne laissons pas la violence pourrir l'ambiance
Formation radiophonique
Formation radiophonique
calendrier 2020
Appel à projets radios
Appel à projets radios
Saison 20-21 Jet FM
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing