^ arrow_upward
08 July 2021

Réduction des risques en milieu festifs

Premier bilan

En milieu festif, la réduction des risques (RDR) est essentielle. En 2019, un groupe de travail composé d’Oppelia, Techno+, Avenir Santé, du Collectif Bar-Bars et de la SRAE, animé par le Pôle et financé par l’ARS a mené une enquête sur les pratiques d'une soixantaine de structures Musiques Actuelles. Près de 51% des répondants indiquent une absence de politique et de réduction des risques dans leur structure. 75% souhaitent être formés à la gestion des comportements à risques.

Au-delà de renforcer le travail d’interconnaissance entre les acteurs du groupe de travail, composé de structure de prévention et réduction des risques et de réseaux d’acteurs du festif, les objectifs de l’enquête étaient multiples :

  1. Observer les pratiques des organisateurs en termes de prévention sur leurs événements
  2. Identifier les difficultés récurrentes des acteurs du festif et recenser leurs besoins en termes d’accompagnement/formation
  3. Favoriser une meilleure complémentarité d’action entre les associations de RDR 
  4. Rendre lisible les actions de prévention des structures de RDR auprès des acteurs du festif

Pour  cela un questionnaire a été diffusé et relayé par Techno +, le Collectif Culture Bar-Bars et le Pôle et a reçu  8 réponses de structures ressources en RDR et 59 réponses d’organisateurs du festif (dont 48 en Loire-Atlantique).

Activités  des répondants

Les répondants à l’enquête ont des profils divers: lieux spécialisés dans la diffusion musicale,  organisateurs d’événements sans lieu fixe, programmateurs tout au long de l’année (salle de concert) ou ponctuellement sur un temps fort (festival), bars ou lieux de restauration, organisateurs de concerts en salle ou en plein air… Cette diversité implique des structurations juridiques et des modèles économiques variés. Ils ont cependant tous pour point commun l’accueil de public et l’organisation d’événements festifs musicaux : 40,7% d’entre eux organisent plus de 20 événements par an et 52,7% d’entre eux organisent entre 1 et 20 événements par an.

 

 

Les répondants à l’enquête ont des profils divers: lieux spécialisés dans la diffusion musicale,  organisateurs d’événements sans lieu fixe, programmateurs tout au long de l’année (salle de concert) ou ponctuellement sur un temps fort (festival), bars ou lieux de restauration, organisateurs de concerts en salle ou en plein air… cette diversité implique des structurations juridiques et des modèles économiques variés.  

Les répondants sont principalement des organisateurs de festival, cafés-cultures et lieux de diffusion. Parmi ces structures :

  • ●  Les organisateurs de festival mettent en place 3 à 10 événements dans l’année avec un nombre de personnes présentes en moyenne supérieur à 3000 personnes. Tous les répondants affirment travailler avec des structures de prévention RDR et pour la grande majorité possèdent une politique de prévention des risques inscrite au sein de leur projet

    Les cafés-culture organisent pour la majeure partie plus de 20 événements à l’année, pour une jauge de public souvent inférieure à 100 personnes mais pouvant aller jusqu’à 300 personnes par événement selon les structures. Une forte majorité d’entre eux ne possèdent pas de politique de RDR et ne travaillent pas avec des structures de préventions.

    Les lieux de concerts : ces structures de diffusion (spécialisées ou pluridisciplinaires) organisent pour la majeure partie entre 5 et plus de 20 événements par an, pour un public regroupant en moyenne entre 100 et 300 personnes. Peu d’entre elles ont une politique établie en termes de RDR et un peu moins de la moitié travaillent avec des structures spécialisées en RDR.

 

Les besoins

Le bilan de cette enquête met en avant des besoins Technique en termes de réduction des risques, par un apport matériel (bouchons alcooltest…), Humain (présence de structure des préventions sur leurs événements) et de formation des équipes salariées et bénévoles.

 

 

Selon le type de structure organisatrice et sa configuration (lieu/ plein air), le rapport au public n’est pas le même et les attentes sont donc logiquement différentes. Le besoin de matériel et supports de prévention est partagé par l’ensemble des organisateurs, le besoin de monter en compétence sur ces questions est également largement exprimé.

Le questionnaire permet de rentrer plus en détails sur les besoins des organisateurs du festif en termes de formation :

  • ●  75% d’entre eux souhaitent être formés à la gestion des comportements à risques
    ●  52% à la structuration et construction d’une politique de prévention des risques
    ●  50% à la gestion de prise de produits psychoactifs et conduites addictives
    ●  40% à la gestion sonore et aux risques auditifs
    ●  38% à l’utilisation des outils de prévention des risques.

Les résultats de l’enquête mettent en évidence l’envie et le besoin des acteurs du festif de monter en compétence sur les questions de réduction des risques (prévention et gestion de crise). Selon les typologies d’acteurs répondants, si les problématiques rencontrées sur les événements semblent partagées, nous observons que la manière d’organiser la prévention diffère et les acteurs de la prévention ne semblent pas tous identifiés au même degré. Bien souvent, la prévention sur événements est “externalisée”, c’est-à-dire portée par des associations de bénévoles, de moins en moins nombreuses et de plus en plus sollicitées. Pour pallier cette situation, au sein des réseaux d’acteurs, les initiatives se multiplient pour répondre aux besoins des porteurs de projet. Mettre en partage ces initiatives et croiser les expériences d’organisateurs pourrait s’avérer pertinent pour créer une culture commune de la prévention et de la RDR et répondre de manière globale aux problématiques des organisateurs.

 

a c e g i n p t T u z

Articles similaires

Actualité

Disquaires indépendants

Exonération de taxe au Mans

Comme l'indique Ouest-france, le conseil municipal du Mans soutient les disquaires indépendants via l'exonération de la contribution économique territoriale (CFE et CVAE). Cette décision a été votée ce jeudi 16 septembre 2021. Pour obtenir ce soutien, les établissements doivent faire la demande auprès de l'administration fiscale pour voir un effet…
Actualité

Soutien à l'innovation

Un dispositif du CNM

Le Soutien à l’innovation vise à soutenir tout type d’entreprise dans le développement, à des fins applicatives, de projets d’innovation technologique ou de service, de nature à créer de la valeur au bénéfice des professionnels œuvrant dans le champ des activités soutenues par le Centre national de la musique. Le montant de l’aide est plafonné à 1…
Actualité

Mewem

Un programme de mentorat pour les femmes dans la musique

Depuis 2018, la FELIN encourage les femmes de l’industrie musicale à entreprendre à travers un programme de mentorat MEWEM. Ce dispositif se positionne comme un laboratoire de talents féminins, outil de structuration et de renouvellement de la filière musicale. Les candidatures pour la nouvelle édition sont ouvertes du 15 septembre au 1er novem…

Annonces des adhérents

Podcast Metal
Podcast Metal
Metal studies Recherches d’Enfer
Formation Monter en chapiteau
Formation Monter en chapiteau
du 14 au 18 septembre
Formation radiophonique
Formation radiophonique
calendrier 2020
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing