^ arrow_upward
23 July 2021

Les élus et la Culture

une étude de la FNCC, l'OPC et le DEPS

L’OPC (Observatoire des Politiques Culturelles) et la FNCC (Fédération Nationale des Collectivités territoriales pour la Culture), en partenariat avec le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) du ministère de la Culture, ont réalisé une enquête auprès d’une cinquantaine d’élus à la culture : "Parcours et défis des élus à la culture aujourd'hui". Cette étude qualitative doit faire l'objet d'une publication à l'automne.

Communiqué :

Dans les communes et leurs groupements, les départements et les régions, l’élu·e territorial·e en charge de la culture est sans doute l’une des figures les plus saillantes des politiques culturelles, et des plus commentées. Cependant, cette catégorie d’acteurs a été fort peu étudiée jusqu’ici. Aucune étude nationale n’avait à ce jour été entreprise à leur sujet. Le rôle majeur des collectivités territoriales dans la vie culturelle confère pourtant aux élu·e·s une influence décisive dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques. Si la fonction d’élu·e local·e est essentielle au fonctionnement démocratique, de nombreux signes montrent qu’elle est mal cernée. L’élu·e « à la culture » ne semble pas échapper à ce déficit de connaissance, y compris auprès des agents culturels avec lesquels il se trouve pourtant en contact permanent.

Ce déficit mérite d’autant plus d’être questionné que la place et le rôle de l’élu·e dans le système culturel ont profondément évolué dans les dernières décennies, sous l’effet notamment de la décentralisation et de ses réformes successives, de la professionnalisation des activités artistiques et culturelles, de l’émergence de nouvelles logiques de gouvernance à l’échelle locale, de l’interrogation sur les valeurs qui fondent l’intervention publique dans le
secteur artistique et culturel, de l’accélération des mutations qui traversent ce dernier et, plus généralement, des grandes transformations qui travaillent la société : crise de la démocratie, transitions numérique et écologique, réagencement des rapports du local au mondial.

Comment se situe l’élu·e à la culture dans un tel contexte, suivant l’échelle et l’environnement de sa collectivité ? En quoi consistent ses fonctions aujourd’hui ? En quoi diffèrent-elles de ce qu’elles furent dans les années 1980 ? Quelles exigences spécifiques affronte-t-elle·il selon la nature et la dimension du territoire représenté ? À quel point le transfert de compétences aux établissements de coopération intercommunale (communautés et métropoles) affecte-t-il ses responsabilités ? La complexification des politiques culturelles, du niveau municipal au niveau régional, exige-t-elle un degré d’expertise plus élevé, une maîtrise des règles de droit qui induiraient une professionnalisation de la fonction ? Comment les élu·e·s d’aujourd’hui peuvent-ils s’armer pour s’adapter à cette nouvelle donne ? Leur marge de décision politique tendrait-elle à se réduire sous l’effet des contraintes de gestion ?
À quelles conditions ces femmes (majoritaires dans ce type de mandat) et ces hommes peuvent-elles·ils encore inventer des dispositifs, défricher de nouveaux territoires de l’art et de la culture ?

Cette « culture » aux contours mouvants, ses promoteurs affectionnent souvent de la définir comme un champ d’action « pas comme les autres ». Le mandat d’élu·e à la culture s’avère singulier par rapport à d’autres mandats. Il exige des formes particulières d’implication personnelle et même de militantisme : lesquelles ? Comment cet investissement se décline-t-il dans une ville, une intercommunalité rurale, une agglomération, un département d’outremer,
une grande région ? Quel mode de relations y entretient-on avec la ou le maire, la ou le président·e d’un département ou d’une région, avec ses pairs ? Comment travaille-t-on avec les services de l’État, la direction régionale des affaires culturelles, les autres partenaires institutionnels, mais aussi les artistes, les professionnels, les responsables associatifs, les agents des autres secteurs (éducation, jeunesse, sport, tourisme, social, santé, politique de la
ville, etc.) ? Faut-il considérer l’élu·e à la culture comme un·e acteur·rice politique isolé·e ou comme le maillon d’un plus vaste réseau ?

Afin de répondre à toutes ces questions, il importe au préalable de mieux faire connaissance avec ces élu·e·s à la culture qui s’affirment pour la plupart mu·e·s par la passion de leur mission. Quels sont leurs liens personnels avec le secteur culturel ? Quels chemins les ont amené·e·s à cette fonction ? Comment s’y prépare-t-on ? Qu’est-ce que cela a changé dans leur vie personnelle et professionnelle d’assumer une telle tâche ? Quelles valeurs, quels
paradigmes nourrissent leur pensée et leur action ? À quels nouveaux enjeux doivent-elles·ils répondre ? Et comment la crise du covid-19 et l’accélération de la transition numérique impactent-elles leur action ? Dessiner leurs profils et repérer leurs parcours importe d’autant plus pour comprendre les dispositions dans lesquelles elles·ils pourront relever les défis des prochaines mandatures que de nouveaux·elles élu·e·s viennent de prendre leurs fonctions
après les récents scrutins.

C’est l’ensemble de ces pistes qu’explore l’étude portée par l’Observatoire des politiques culturelles (OPC) et la Fédération nationale des collectivités territoriales pour la culture (FNCC), avec le soutien du ministère de la Culture (DEPS). Les premières conclusions de ce chantier seront présentées le 18 juillet 2021 à l’Institut supérieur des techniques du spectacle (ISTS), salle des colloques, au cours d’un séminaire conjoint OPC / FNCC / ministère de la
Culture / Festival d’Avignon, avec le partenariat de la MAIF

L’équipe de recherche

Vincent Rouillon, rédacteur et directeur de recherche de la FNCC ;
Jean-Pierre Saez, ancien directeur de l’Observatoire des politiques culturelles ;
Mathias Valex, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication, Université Lyon 2 ;
Emmanuel Wallon, professeur de sociologie politique, Université Paris Nanterre.
Direction scientifique : J.-P. Saez et E. Wallon.
Pilotage : Observatoire des politiques culturelles.
Étude réalisée dans le cadre d’un partenariat associant l’Observatoire des politiques culturelles, la FNCC et le ministère de la Culture (DEPS).
Remerciements à Loup Wolff (DEPS), Jean-Cédric Delvainquière (DEPS), Cécile Martin (OPC), Samuel Périgois (OPC) pour leur accompagnement.

Annonces des adhérents

Appel à projets radios
Appel à projets radios
Saison 20-21 Jet FM
Podcast Metal
Podcast Metal
Metal studies Recherches d’Enfer
Formation Monter en chapiteau
Formation Monter en chapiteau
du 14 au 18 septembre
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing