^ arrow_upward
22 December 2014

Le Fuzz'yon - La Roche/yon (85)

Interview de Benoit Devillers

La labellisation SMAC (Scènes de Musiques Actuelles) est une initiative du Ministère de la Culture et de la Communication datant de 1998 visant à identifier et aider les lieux dédiés à la création, la diffusion et au développement des pratiques artistiques. Pour prétendre au label, le projet doit être pertinent avec son territoire et regrouper tout ou partie de la diversité d’expression des musiques actuelles. Seule structure répondant à ces enjeux sur le territoire de la Roche-sur-Yon, la SMAC

Avant même sa labélisation, la salle du Fuzz’Yon de la Roche-sur-Yon, administrée par l’association du même nom, répondait déjà aux critères du cahier des charges SMAC, de part les missions qu’elle menait depuis 10 ans. Créée sur les cendres du Zimuth, lieu de diffusion géré par un collectif d’associations et de musiciens locaux entre 1986 et 1988, l’association Fuzz’Yon reprend le lieu qu’elle baptise de son nom, et pose les premières pierres de son projet artistique : diffusion, école de musique inspirée du modèle d’éducation populaire et studios de répétition et d’enregistrement pour encourager les pratiques. Les locaux de répétition n’étant pas suffisamment adaptés, un collectif de groupes a fait remonté la demande à la municipalité, ce qui a conduit a créé un deuxième lieu, Fuzz’Yon les Halles. Le projet ainsi structuré lui a permis d’accéder au label SMAC en 1998.

Depuis, les activités ont évolué et se sont professionnalisées mais restent fidèles au cahier des charges SMAC. La diffusion est assurée par une co-programmation entre le directeur, en relation avec les agences de production pour les têtes d’affiches et Benoit Devillers pour les premières parties et les artistes régionaux. La programmation reflète les esthétiques défendues par les SMAC, à savoir les courants émergents, les artistes indépendants et une forte dimension « nouveauté ». La salle tente de privilégier les artistes locaux pour les premières parties, mais sa démarche professionnelle implique un degré d’exigence élevé qui ne correspond pas toujours au niveau de la scène vendéenne, dont les pratiques sont largement amateurs. Alors, elle travaille en réseau avec les autres salles du territoire et les centres d’information pour programmer des groupes régionaux, et met en place un temps trimestriel pour la découverte de la scène locale à travers son dispositif « Crews du Cru » soit l’organisation de concerts gratuits et un temps de travail en amont. Au total, le Fuzz’Yon programme une cinquantaine de dates par an, réparties ainsi : 50% de concerts pop, rock et dérivés, 20% musiques urbaines, 15% électro et 10% chanson.

Sa deuxième activité est l’accompagnement des pratiques amateurs et professionnelles, qu’elle met en place à travers des résidences et des dispositifs tels que les Crews du Cru ou Artistes en Scène, ainsi que dans ses studios de répétition. La mission information-ressource est aujourd’hui couplée à l’accompagnement puisque l’activité est moins vivante qu’à la création du lieu, du fait d’une information plus accessible, et se concrétise via des rendez-vous conseils et la participation au réseau Tohu Bohu de Trempolino. Enfin, la SMAC a également pour mission l’action culturelle depuis la création d’un poste dédié en 2008, et participe à des initiatives tels que Peace & Lobe, Musique en Prison, Décibels, outre ses propres dispositifs, qui passent par une programmation jeune public, des conférences, expositions et visites des locaux.

La structure est financée à hauteur de 500 mille euros par les institutions publiques que sont la ville de la Roche-sur-Yon, la DRAC et la Région des Pays de la Loire, et dégage des ressources propres d’environ 200 mille euros, en plus des aides du CNV et de la SACEM. Cependant, elle connaît des difficultés économiques qui s’accentuent au fil des années, liées en grande partie à sa jauge réduite de seulement 300 places et aux faibles tarifs pratiqués. La jauge réduite rend compliqué l’accueil de têtes d’affiche internationales et les configurations un peu particulières, du type ciné-concert. De plus, l’équipe déplore des subventions qui stagnent pour des coûts artistiques en constante augmentation, ce qui oblige à diminuer le nombre de concerts produits.

Seul équipement consacré aux musiques amplifiées du territoire, le Fuzz’Yon se veut accessible au plus grand nombre, de part la diversité de sa programmation et les tarifs appliqués, et se pose comme un maillon essentiel d’émergence et de diffusion artistique. « Des SMAC de France, comme la Cartonnerie, la Coopérative de Mai ou le Cargo ont vraiment réussi à mettre des groupes de leur territoire sur le devant de la scène nationale. Notre rôle de prescripteur est fondamental. » Pour continuer d’assurer ce rôle et surmonter les difficultés qu’elle rencontre aujourd’hui, l’équipe du Fuzz’Yon voit dans l’ouverture d’un nouveau lieu une solution idéale, l’actuel – « divisé en deux, vétuste et étroit » - ne lui permettant plus d’assurer ses missions, ni un modèle économique viable.

Roche-sur-Yon Fuzz'yon

Annonces des adhérents

Ici c'est cool
Ici c'est cool
Ne laissons pas la violence pourrir l'ambiance
Podcast Metal
Podcast Metal
Metal studies Recherches d’Enfer
Formation Monter en chapiteau
Formation Monter en chapiteau
du 14 au 18 septembre
Le Pôle v2.0.101 is currently being updated to v2.0.101
please wait & do nothing