^

La filière musicale > Le Schéma régional

19 janvier 2015

Présentation du Schéma en 2011

En compagnie de Frédéric Martel

Le 20 mai 2001, le Pôle conviait ses adhérents, les élus et techniciens des collectivités, la DRAC, les universitaires, les étudiants et tous les amateurs de musiques à la présentation du Schéma Régional pour les musiques actuelles en Pays de la Loire. À l'issue de cette présentation, Frédéric Martel, chercheur et reporter au long cours donnait une conférence sur la mondialisation de la culture, du très local au très global...

Le 20 mai 2001, le Pôle conviait ses adhérents, les élus et techniciens des collectivités, la DRAC, les universitaires, les étudiants et tous les amateurs de musiques à la présentation du Schéma Régional pour les musiques actuelles en Pays de la Loire. À l'issue de cette présentation, Frédéric Martel, chercheur et reporter au long cours donnait une conférence sur la mondialisation de la culture, du très local au très global... Il y eu en effet du grain à moudre pour la soixantaine de participants présents à la Faculté de médecine de Nantes où s'est déroulé ce temps fort.

Eric Lejeune, Président du Pôle, a introduit cette fin d'après-midi chaleureuse, en présentant notamment le nouveau directeur de l'association, Vianney Marzin. Celui-ci s'est chargé d'animer la suite de la rencontre. Le document a donc été présenté par ses principaux auteurs : François Delaunay (Co-directeur du Chabada à Angers) en tant que représentant "musiques actuelles" de la Conférence consultative de la culture (CRCC), Nicolas Crusson et Emmanuel Parent pour l'équipe du Pôle et Michel Bonhoure (Techninomades) pour le Conseil d'Administration du Pôle.

Des éléments prospectifs
pour les musiques actuelles...

En guise d'introduction, François Delaunay a indiqué avec simplicité qu'aujourd'hui, après un parcours de 30 ans dans le champ musical, il ne voulait pas que l'on puisse lui reprocher ce que les acteurs de sa génération avaient reproché à leurs aînés dans les années 1980. C'est-à-dire un manque d'ouverture face aux différentes esthétiques et aux différentes initiatives. C'est, pour ainsi dire, dans cet état d'esprit qu'il a abordé l'élaboration de ce Plan Quinquennal avec les autres rédacteurs.

Le Plan Quinquennal, en effet, place au coeur des enjeux actuels, la nécessaire considération que l'on doit porter à l'ensemble des initiatives culturelles qu'elles soient privées, à but lucratif ou non, ou relevant du service public ou pas. C'est ce qui ressort de la présentation détaillée réalisée par Nicolas Crusson et Emmanuel Parent autour des enjeux, d'éléments d'état des lieux réactualisés et des préconisations finales. La principale ligne de force de ce texte est sûrement de rappeler qu'au vu des enjeux sociaux et économiques des territoires, l'intervention publique ne doit pas se résumer aux politiques culturelles. Et qu'inversement, le développement culturel d'un territoire ne peut se contenter de l'intervention publique.

L'objectif commun est bien de défendre la diversité : diversité culturelle, diversité des formes et diversité des initiatives. Pour réussir à maintenir, entretenir, cultiver cette diversité, il s'agit de travailler les complémentarités, entre projets, entre acteurs, entre types d'initiatives. L'État, les collectivités et les différentes organisations (sociétés civiles, réseaux, fédérations,...) doivent donc avoir à coeur de favoriser en permanence la coopération entre acteurs. Avant d'agir, les forces en présence doivent être identifiées : qui fait quoi, comment ? C'est l'esprit des préconisations de ce Plan Quinquennal qui précise à chaque fois, sur un domaine donné, quels acteurs sont concernés, qu'ils relèvent de l'initiative privée, de l'intérêt général ou d'une mission de service public.

Michel Bonhoure a conclu cette présentation en revenant sur des faits marquants des 30 dernières années liés à son parcours personnel. Pour lui, d'une certaine façon la région des Pays de la Loire a permis à de nombreuses personnes de "travailler au pays". En tant qu'artistes, techniciens, administrateurs, ils ont pu vivre leurs métiers avec passion dans des structures de proximité et à tailles humaines. Ils ont été les témoins et les acteurs de la démocratisation de la culture. Et si le secteur est en mouvement permanent et qu'il s'est beaucoup retranché derrière la puissance publique pour résister aux crises, aujourd'hui, l'initiative privée doit aussi reprendre sa place dans le paysage.

Les débats avec la salle ont, entre autres, porté sur le titre du document qui apparaît comme trop connoté "planification opérationnelle", ce qui semble décalé par rapport à sa vocation réelle de porter une vision large, de proposer des éléments prospectifs à destination des institutions mais aussi des acteurs eux-mêmes. Cependant, l'élue régionale Chloé Le Bail, présente dans la salle, a indiqué que pour la Région, ce document constitue un document de référence qui allait être étudié précisément en vue de réponses concrètes de l'institution régionale.

 

La conférence
de Frédéric Martel

Frédéric Martel, l'auteur du livre "Mainstrean, Enquête sur cette culture qui plaît à tout le monde" est un voyageur. Il raconte ses multiples rencontres avec des gens du monde entier, qu'ils soient de grands patrons de l'entertainment ou des acteurs de l'undergound et des cultures minoritaires. Cette expérience lui permet de sortir des carcans et d'élargir notre vision de la culture. On peut retenir quelques points forts de son intervention :

• Le monde serait aujourd'hui plus uniforme du fait de la culture mainstream, mais aussi plus diversifié : les cultures locales ne se seraient jamais aussi bien portées. Ces deux dimensions contradictoires serait pourtant le fait d'une même dynamique de la mondialisation.
• La hiérarchie culturelle n'existerait plus. Tout le monde fait ses choix culturels en fonction de critères qu'ils ont définis par eux-mêmes.
• La diversité culturelle : on peut se rendre compte que les USA la combattent à l'étranger (pour imposer leur propres produits) mais l'encourage chez eux en respectant et en tirant profit des expressions culturelles des minorités (gays, noires, latinos etc.). La France, elle, ne cesse de la défendre à l'étranger mais ne respecte pas ce principe chez elle en reniant les expressions culturelles des minorités et les cultures populaires.

 

Cette présentation et la conférence de Frédéric Martel ont contribué à bousculer les idées reçues. C'est un message résolument positif que le Pôle a souhaité donner. Si aujourd'hui des crispations existent du fait des crises multiples ou des restrictions budgétaires, l'opportunité du changement est aussi présente dans l'urgence des situations. Et, face aux mutations actuelles, il s'agit d'innover, de travailler nos complémentarités, de faire co-habiter des logiques d'actions qui jusqu'ici s'opposaient, de penser nos interractions et les initiatives comme solidaires entre elles. C'est pourquoi, des temps d'échanges et de débats entre acteurs, chercheurs et collectivités sont indispensables. Les problématiques abordées à travers ce Plan Quinquennal feront l'objet dans les mois qui viennent de nouveaux temps d'échanges et de partage organisés par le Pôle sur le territoire régional.

Annonces des adhérents

CARTE BLANCHE À BACKPACKERZ
CARTE BLANCHE À BACKPACKERZ
le 19 février 2019 à Trempo
Reggae à L'Unesco
Reggae à L'Unesco
Interview d'Olivier Bruneau (Dubcamp) par France 3
Boum d'anniversaire !
Boum d'anniversaire !
le 25 janvier 2019 à Trempo

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification