^

Les chiffres du mois

Retraite & Intermittence

Le ministère de la Culture, via son Département des études, de la prospective et des statistiques (Deps), publie "Culture Chiffres". Dans le numéro de juillet 2017, il attire l'attention sur la retraite des intermittents du spectacles au travers d'une étude de Vincent Cardon.

"Près de 14 000 retraités des spectacles perçoivent aujourd’hui une pension de retraite au terme d’un parcours professionnel marqué par l’intermittence. Depuis 1989, le nombre de retraités des spectacles a fortement progressé, suivant en cela l’évolution des effectifs intermittents au cours des trente dernières années. Les intermittents des spectacles dépendent du régime général pour leur retraite de base et disposent d’une retraite complémentaire, servie par Audiens.

Les retraités des spectacles prennent en moyenne leur retraite à 62 ans, et l’immense majorité d’entre eux (93 %) bénéficient d’une pension de retraite générale à taux plein. En 2009, le montant annuel moyen de la pension totale versée aux anciens salariés intermittents des spectacles est de 18 180 euros, soit 1 520 euros mensuels.

Le montant moyen des pensions totales diminue, du fait de l’érosion des retraites de base et complémentaires dont le montant baisse à mesure que les flux d’entrée en jouissance de la retraite se succèdent. Un nouveau retraité de 2009 touche ainsi une pension inférieure de 10 % à celle d’un nouveau retraité de 1999. La baisse de la pension de base s’explique essentiellement par la diminution du salaire annuel de référence servant de base au calcul de son montant.

Les retraites complémentaires, gérées par des institutions différentes selon la catégorie professionnelle (Agirc pour les cadres, Arcco pour les artistes et non cadres) évoluent de façon plus contrastée. Si elles diminuent globalement, elles s’améliorent pour certaines catégories comme les artistes, jouant ainsi un effet compensateur de la baisse de la pension de base.

Enfin, l’évolution des retraites sur vingt ans révèle de profondes inégalités non seulement intergénérationnelles mais aussi interprofessionnelles et de genre : les retraites totales des artistes et des non-cadres ayant pris leur retraite en 2009 sont inférieures de près de 13 000 euros annuels à celles des cadres. En outre, les femmes intermittentes des spectacles partent généralement à la retraite un peu plus tard que les hommes et touchent des pensions d’un montant inférieur, ce qui reflète des différences de carrières salariales défavorables aux femmes. On relève toutefois une réduction des inégalités de genre à la retraite, liées davantage à une dégradation des pensions des hommes qu’à une amélioration de celles des femmes."

Entrepreneurs de spectacle en Région

Ces données sont issues de la dernière Observation Participative et partagée du spectacle vivant en Pays de la Loire menée par le Pôle. L’Observation participative et partagée (OPP) est une philosophie d’action basée sur la coopération. Elle est participative car ...

Les publics des festivals

10 festivals des Pays de la Loire ont participé à une étude menée en partenariat avec le cabinet GECE dans le cadre du chantier "festivals" du Pôle. On y retrouve les festivals suivants : Hellfest, Dub Camp, Au foin de la Rue, Scopitone ...

Développeurs d'artistes

Un autre chiffre : 59, c'est le nombre moyen de représentations vendues en 2014 par producteur-tourneur : comme toutes les moyennes, cette dernière dissimule des réalités et en l'occurrence des économies très différentes entre producteurs internationaux implantés en région et développeurs ...

Structures actives dans le champ des Musiques Actuelles en région

1047 associations, entreprises et collectivités publiques œuvrent entièrement ou partiellement dans le champ des musiques actuelles en Pays de la Loire / les musiques actuelles revêtent une dimension économique, sociale et territoriale pour le moins structurante.

Rapporté au nombre d’habitants en région, cela ...

Action culturelle et hybridations

En 2014, 35% des musiciens de jazz ont joué dans le cadre d’actions culturelles au sein d’écoles, d’hôpitaux, de prisons…, afin de partager la musique avec les publics dits éloignés de la culture.

Le montant total des cachets liés à l’action ...

Le Pôle de coopération pour les musiques actuelles en Pays de la Loire est un réseau de compétences régional qui, fort de la mobilisation des structures musicales, agit au carrefour du monde culturel, de l’économie et de la recherche. Le Pôle permet aux structures musicales d’organiser leurs coopérations et de co-construire des politiques avec les collectivités territoriales, la Région des Pays de la Loire et les services de l’État. En adhérant au Pôle, les acteurs musicaux poursuivent les objectifs suivants : cultiver la diversité musicale, développer une filière économique et responsable, anticiper les mutations sociétales.

A travers ses missions, le Pôle informe et accompagne les acteurs et les collectivités. Il anime les réseaux, facilite les échanges et coordonne des chantiers thématiques. Il observe et met en valeur l’écosystème musical dans sa diversité. Au plus près des initiatives, le Pôle favorise un dialogue nécessaire permettant de trouver des solutions face aux enjeux culturels, éducatifs, sociaux, économiques et politiques. Co-Missionné par l’État et le Conseil régional des Pays de la Loire, le Pôle est cogéré par ses adhérents.

Le Pôle / Adresse : 6 rue Saint-Domingue - 44 200 Nantes - 02 40 20 03 25

  • Authentification